Défense
La Royal Navy boit le bouillon

Actualité

La Royal Navy boit le bouillon

Défense

On connait désormais les noms et les dates de désarmement des bâtiments britanniques faisant les frais des restrictions budgétaires. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la Royal Navy ne sera plus, en 2011, que l'ombre de ce qu'elle était encore il y a quelques années. Privé d'avions puisque les Harrier GR9 ont cessé d'opérer dans la Royal Navy le 23 novembre, le porte-aéronefs HMS Ark Royal (1985), qui devait rester en flotte jusqu'au printemps prochain, est déjà en cours de désarmement. En revanche, son sistership, le HMS Illustrious (1982), sera finalement maintenu jusqu'en 2014, mais seulement comme porte-hélicoptères. Après avoir annoncé il y a quelques semaines qu'un choix serait fait entre ce bâtiment et le HMS Ocean (1998), le ministère britannique de la Défense semble avoir finalement décidé de conserver les deux navires (*).

Le HMS Ocean  (© : ROYAL NAVY)
Le HMS Ocean (© : ROYAL NAVY)

Dans le domaine des frégates, la cure d'austérité impose de ramener la flotte à 13 unités. Seules les types 23, mises en service entre 1992 et 2002, sont conservées, les dernières type 22 (Batch III) étant désarmées. Le HMS Chatham (1990) sera retiré du service en janvier et ses trois sisterships, les HMS Cornwall (1988) HMS Cumberland (1989) et HMS Campbeltown (1989), le seront en avril prochain. Dans le domaine des destroyers, les nouveaux type 45 (la tête de série, le HMS Daring, est opérationnelle depuis juillet) continueront d'être livrés par BAE systems pour remplacer d'ici 2014 les derniers type 42, dont il ne reste plus en service que les HMS Manchester (1982), HMS Gloucester (1985), HMS Edinburgh (1985), HMS York (1985) et HMS Liverpool (1982). Dès l'année prochaine, les navires d'escorte de la Royal Navy ne seront donc plus que 19, conformément au nouveau format fixé.

Le HMS Kent, du type 23 (© : ROYAL NAVY)
Le HMS Kent, du type 23 (© : ROYAL NAVY)

Frégates du type 22  (© : ROYAL NAVY)
Frégates du type 22 (© : ROYAL NAVY)

Le HMS York, du type 42  (© : ROYAL NAVY)
Le HMS York, du type 42 (© : ROYAL NAVY)

Destroyer du type 45  (© : ROYAL NAVY)
Destroyer du type 45 (© : ROYAL NAVY)

Dans le domaine des navires dédiés aux opérations amphibies, les deux transports de chalands de débarquement du type Albion (2003 et 2005) seraient maintenus. En revanche, le premier des quatre TCD auxiliaires du type Bay, le Largs Bay (2007), sera retiré du service dès avril 2011. Pour mémoire, les Bay sont armés par la Royal Fleet Auxiliary.
La RFA, qui rassemble les unités logistiques, va elle aussi être amputée de plusieurs grosses unités. La principale surprise réside dans le désarmement, en avril 2011, du ravitailleur polyvalent Fort George (1993), la RFA conservant son sistership le Fort Victoria (1994). Les vieux ravitailleurs de combat du type Fort Austin (1978 et 1979) sont curieusement maintenus. Il en est de même dans le domaine des pétroliers-ravitailleurs. Si les deux vénérables Rover (1974) restent en activité, la RFA procèdera, en avril prochain, au désarmement du Bay Leaf, qui date de 1982.

Le HMS Albion  (© : ROYAL NAVY)
Le HMS Albion (© : ROYAL NAVY)

Le RFA Largs Bay  (© : ROYAL NAVY)
Le RFA Largs Bay (© : ROYAL NAVY)

Le RFA Fort George  (© : ROYAL NAVY)
Le RFA Fort George (© : ROYAL NAVY)

Le Bayleaf  (© : ROYAL NAVY)
Le Bayleaf (© : ROYAL NAVY)

A l'issue de ces retraits, la Royal Navy alignera 4 sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, 7 sous-marins nucléaires d'attaque, 2 porte-hélicoptères, 6 destroyers lance-missiles, 13 frégates, 4 patrouilleurs hauturiers (type Tyne), 15 chasseurs de mines (8 Hunt et 7 Sandown), 2 TCD et 3 TCD Auxiliaires. La flotte de soutien comprendra, quant à elle, un porte-aéronefs auxiliaire (l'Argus), un ravitailleur polyvalent, 2 ravitailleurs de combat et 5 pétroliers-ravitailleurs.
L'ensemble représentera un tonnage de 396.000 tonnes (dont 285.000 tonnes de bâtiments de combat), contre 476.000 tonnes en 2008 et, pour mémoire, 589.000 tonnes en 1988.

Le SNA Astute (© : ROYAL NAVY)
Le SNA Astute (© : ROYAL NAVY)

Autrefois maîtresse incontestée des océans, la Royal Navy se retrouve aujourd'hui talonnée par la marine française, qui alignera l'an prochain une force navale de 300.000 tonnes, dont 270.000 tonnes de navires de combat. Entre les deux flottes, jamais l'écart n'a été si faible et, en matière de capacités offensive, la Marine nationale prend désormais l'avantage avec son porte-avions, une composante aéronavale que les Anglais ne retrouveront pas avant 2020 et la mise en service du second porte-avions de la classe Queen Elizabeth, qui sera doté de catapultes et embarquera des F-35 C. On notera enfin que, d'ici 2012, la marine japonaise devrait supplanter la Royal Navy (en tonnage) comme 4ème flotte mondiale derrière les Etats-Unis, la Russie et la Chine. La flotte nippone, qui représentera 376.000 tonnes l'an prochain, va encore s'étoffer, notamment avec le projet 22DDH, qui porte sur la réalisation de 2 porte-hélicoptères de 248 mètres de long.
________________________________________________________

(*) Le HMS Illustrious sera remplacé par le premier porte-avions du type Queen Elizabeth. Ce navire, qui devrait être livré vers 2016, servira durant quatre ans de porte-hélicoptères. Puis il sera mis en vente lorsque le second navire de la série, doté de catapultes pour embarquer des F-35 C, sera mis en service, vers 2020.

Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques