Défense
La Royal Navy désarme son dernier porte-aéronefs

Actualité

La Royal Navy désarme son dernier porte-aéronefs

Défense

Le HMS Illustrious a été officiellement retiré du service le 28 août, à l’issue d’une cérémonie qui s’est déroulée dans la base navale de Portsmouth. 15 des 17 anciens commandants du bâtiment étaient notamment présent. Après 32 ans de service, le dernier porte-aéronefs britannique, opérationnel depuis 1982, tire donc sa révérence. En attendant la mise en service de ses deux nouveaux porte-avions, le HMS Queen Elizabeth et le HMS Prince of Wales, la Royal Navy ne dispose plus que du porte-hélicoptères HMS Ocean, qui date de 1998 et vient de sortir d’une importante modernisation. Il assurera la transition avec les futures unités, dont la tête de série sera opérationnelle à la fin de la décennie.

Reclassé porte-hélicoptères d'assaut début 2011, suite au retrait du service des avions à décollage court et appontage vertical Harrier, le HMS Illustrious était le second d’une série de trois bâtiments. Celle-ci comprenait également les HMS Invincible (1980) et HMS Ark Royal (1985), respectivement désarmés en 2005 et 2011.

 

 

Le HMS Illustrious (© ROYAL NAVY)

Le HMS Illustrious (© ROYAL NAVY)

 

 

Un pâle substitut aux porte-avions

 

 

Longs de 209.1 mètres pour une largeur de 36 mètres et un déplacement de 22.500 tonnes en charge, ces porte-aéronefs, capables d’atteindre la vitesse de 28 nœuds, étaient armés par un équipage de plus de 1100 marins, dont près de 300 pour le groupe aérien embarqué. Celui-ci pouvait être composé, avant 2011, de 22 aéronefs, soit jusqu’à 16 Harrier et 6 hélicoptères, dont 4 Sea King gréés pour l’alerte lointaine. Conçus au début des années 70 pour l’escorte des convois alliés dans l’Atlantique, les Invincible ont constitué une erreur stratégique pour le Royaume-Uni. En renonçant aux grands porte-avions au profit de ces petits bâtiments, le pays s’est en effet privé de puissants outils de projection de puissance. Dès la guerre des Malouines, en 1982, les porte-aéronefs ont montré leurs limites, la principale reposant sur les contraintes d’emploi des avions à décollage court et appontage vertical, à l’autonomie et la capacité d’emport en armement très réduites par rapport à des avions catapultés. Sans compter que les Sea Harrier n’étaient pas réputés comme étant les avions de combat les plus manoeuvrants au monde, loin s’en faut.

 

 

Harrier sur un porte-aéronefs du type Invincible (© ROYAL NAVY)

Harrier sur un porte-aéronefs du type Invincible (© ROYAL NAVY)

 

 

Les  problématiques d’autonomie et de capacité d’emport demeurent les mêmes aujourd’hui, même si le F-35B, appelé à succéder au Harrier dans les prochaines années, sera bien plus performant que son aîné et offrira donc aux HMS Queen Elizabeth et HMS Prince of Wales une force de frappe nettement supérieure. D'autant que les nouveaux porte-avions sont nettement plus grands, avec la possibilité d'embarquer jusqu'à 40 aéronefs, dont 36 avions (voir notre article sur le HMS Queen Elizabeth). 

 

 

Le HMS Illustrious et le HMS Queen Elizabeth (© ROYAL NAVY)

Le HMS Illustrious et le HMS Queen Elizabeth (© ROYAL NAVY)

 

 

Une seconde vie en musée ?

 

 

Malgré leurs faiblesses, les Invincible ont constitué durant trois décennies l’épine dorsale de la flotte de surface britannique, rendant de fiers services et sillonnant toutes les mers du globe au cours de dizaines de déploiements. Ces bâtiments resteront également comme les premiers bâtiments adoptant dès l'origine le concept des porte-aéronefs dotés d’un tremplin, architecture toujours d’actualité, notamment pour les nouveaux bâtiments indiens, chinois, italiens et espagnols.

Alors que l’Invincible et l’Ark Royal ont été vendus à la démolition en 2011 et 2012, l’Illustrious pourrait être conservé et transformé en musée. C’est en tous cas le souhait du ministère britannique de la Défense, à la recherche de partenaires pour mener à bien ce projet. 

 

 

Le HMS Illustrious (© ROYAL NAVY)

Le HMS Illustrious (© ROYAL NAVY)

Royal Navy