Défense
La Royal Navy devrait intégrer son second porte-avions en décembre

Actualité

La Royal Navy devrait intégrer son second porte-avions en décembre

Défense

Mis à l’eau en décembre 2017 au chantier Babcock de Rosyth, en Ecosse, le HMS Prince of Wales, second des deux nouveaux porte-avions britanniques, a débuté en septembre ses essais en mer. Pour cette campagne, 600 marins et 400 personnels des industriels impliqués dans le programme ont embarqué. Des tests à pleine puissance ont notamment permis au bâtiment de marcher début octobre à 25 nœuds en utilisant la quasi-totalité des 109 MW disponibles.

 

 

L’appareil propulsif comprend pour mémoire quatre diesel-générateurs Wärtsilä, ainsi que deux turbines à gaz MT30 de Rolls-Royce pour les allures élevées. Le porte-avions bénéficie d’une propulsion intégrée tout-électrique conçue par GE, avec deux lignes d’arbres s’achevant chacune par une hélice de 33 tonnes, l’entrainement étant assuré par deux moteurs électriques asynchrones (Advanced Induction Motors – AIM). L’autonomie a été calculée pour atteindre 10.000 milles, de quoi rallier sans ravitaillement en carburant l’Atlantique sud ou l’Est de l’océan Indien depuis le Royaume-Uni.

 

Le HMS Prince of Wales à la mer (© : ROYAL NAVY)

Le HMS Prince of Wales à la mer (© : ROYAL NAVY)

 

Sistership du HMS Queen Elizabeth, qui a intégré la Royal Navy en 2017 et mène actuellement une seconde campagne d’essais aux Etats-Unis avec des avions à décollage court et appontage vertical F-35B, le HMS Prince of Wales, dont la première tôle a été découpée il y a huit ans, va poursuivre ses essais cet automne en vue d’une livraison à la fin de l’année. Une cérémonie officielle de mise en service au sein de la Royal Navy est prévue en décembre à Portsmouth, là où seront basés les deux porte-avions. Ils ne seront pas pour autant opérationnels, le HMS Queen Elizabeth ne devant conduire son premier déploiement qu’en 2021.  

Longs de 284 mètres pour une largeur de 73 mètres, ces bâtiments afficheront un déplacement à pleine charge de 65.000 tonnes. Prévus pour être armés par 690 membres d’équipage, l’effectif à bord pouvant atteindre 1600 hommes et femmes avec les personnels du groupe aérien embarqué, les nouveaux porte-avions britanniques pourront mettre en œuvre 40 aéronefs. Ils ont été conçus pour pouvoir accueillir jusqu’à 36 F-35B mais la Royal Navy prévoit aujourd’hui un parc standard de 24 avions, complétés par des hélicoptères, notamment les nouveaux Merlin d’alerte lointaine. S’ils embarquent uniquement des hélicoptères, les bâtiments seront à même de projeter au moins une cinquantaine de machines, dont des Apache et Chinook.

Ces porte-avions ont été réalisés par l’Aicraft Carrier Alliance, consortium réunissant Babcock, BAE Systems, Thales et le ministère britannique de la Défense.

 

Le HMS Queen Elizabeth (© : ROYAL NAVY)

Le HMS Queen Elizabeth (© : ROYAL NAVY)

Le HMS Queen Elizabeth (© : ROYAL NAVY)

Le HMS Queen Elizabeth (© : ROYAL NAVY)

Royal Navy