Défense
La Royal Navy réduit sa puissance de feu nucléaire

Actualité

La Royal Navy réduit sa puissance de feu nucléaire

Défense

Les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de la classe Vanguard voient leur force de frappe diminuer. Sur chaque bâtiment en patrouille, le nombre de têtes nucléaires a été réduit de 48 à 40, a confirmé Liam Fox. D'après la presse anglo-saxonne, le ministre britannique de la Défense a même précisé que le nombre de missiles Trident 2 D-5 opérationnels embarqués sur chaque sous-marin de la classe Vanguard sera réduit à 8, contre 16 auparavant, et que le nombre total de têtes nucléaires opérationnelles passera de 160 à 120 d'ici 2015.
Pour mémoire, les missiles balistiques américains Trident 2 D-5 (58 auraient été initialement achetés et moins de 50 seraient encore disponibles) embarqués sur les SNLE de la Royal Navy ont une portée estimée entre 7500 et 12.000 kilomètres. Ils sont conçus pour embarquer jusqu'à 8 têtes A90, chacune ayant une puissance de 150 kilotonnes. Comme la France le fait déjà depuis plusieurs années, le nombre de têtes embarquées peut être variable, certains missiles pouvant emporter une capacité minimale afin d'offrir, dans certains contextes, une capacité de frappe nucléaire limitée, représentant par exemple une sorte d'ultime avertissement à l'adversaire avant une attaque globale.

Royal Navy