Défense

Actualité

La Royal Navy sécurise le programme Astute

Malgré la rigueur budgétaire de l’autre côté de la Manche, le programme des nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque du type Astute devrait bien voir la construction de 7 bâtiments. Hier, le ministère britannique de la Défense (MoD) a, ainsi, fait deux annonces importantes permettant de dissiper les inquiétudes sur ce projet. D’abord, la signature avec BAE Systems, qui conçoit et réalise les SNA de la Royal Navy, d’un contrat de 1.2 milliard de livres (1.47 milliards d’euros) pour couvrir l’intégralité de la construction et des essais de la quatrième unité de la série, le HMS Audacious. Le MoD a, par ailleurs, confirmé qu’une commande supplémentaire de 1.5 milliard de livres (1.84 milliard d’euros) avait été engagée pour assurer une partie du financement des trois derniers sous-marins de la série.

 

Le chantier de Barrow in Furness (© : BAE SYSTEMS)

 

Evolution du système de combat

 

Le HMS Audacious, dont la première tôle a été découpée 2007 et qui est en cours de construction au chantier BAE Systems de Barrow in Furness, bénéficiera d’un certain nombre d’évolutions par rapport à ses aînés, les HMS Astute, HMS Ambush et HMS Artful.  Il se distinguera par  son système de combat, notamment les systèmes de commande, de navigation et de détection (sonars). Pour la première fois sur un sous-marin britannique, le HMS Audacious disposera d’un système informatique en réseau permettant le partage de fonctions sur des consoles communes, avec un recours à des produits civils pour les parties hardware et le software. Selon BAE Systems, dont la division Sous-marins emploie 5000 personnes, pour moitié sur le programme Astute, cette évolution doit permettre de réduire les coûts et rendre le système de combat plus facile à entretenir et à moderniser au fil des années. Le groupe britannique précise que ces évolutions ont déjà été intégrées sur le HMS Artful, dont l’assemblage s’achève, alors qu’il est également prévu de mettre à niveau les deux premiers SNA, qui naviguent déjà.

 

Le HMS Ambush (© : ROYAL NAVY)

 

Livraison échelonnées jusqu’en 2022

 

Pour mémoire, les Astute sont les plus gros sous-marins d’attaque d’Europe. Dotés d’une propulsion nucléaire, avec un réacteur PWR2 conçu par Rolls-Royce et une puissance de 20 MW, ces bâtiments peuvent atteindre la vitesse de 29 nœuds. Longs de 97 mètres pour un déplacement de 7800 tonnes en plongée, ils sont mis en œuvre par un équipage d’une centaine d’hommes et peuvent embarquer des commandos. Leur armement comprend jusqu’à 38 torpilles lourdes Spearfish et missiles de croisière Tomahawk (d’une portée de près de 2000 km et une précision métrique précise BAE Systems), tirés depuis six tubes de 533mm. Livré le 27 août 2010 à la Royal Navy, le HMS Astute, tête de série de ce programme, a rencontré un certain nombre de problèmes techniques et poursuit ses essais et son entrainement. Son premier sistership, le HMS Audacious, a quant à lui effectué sa première sortie en mer au mois de septembre, alors que BAE Systems doit prochainement lancer le HMS Artful, ces deux bâtiments devant être livrés en 2013/2014. La Royal Navy devrait ensuite réceptionner le HMS Audacious en 2016 puis le HMS Anson en 2018. Les livraisons des deux derniers SNA, qui devraient être baptisés HMS Agamemnon et HMS Ajax, sont prévues en 2020 et 2022. Ces nouveaux bâtiments remplacent les SNA des types Swiftsure (dont le dernier exemplaire, le HMS Sceptre, a été désarmé en 2010) et Trafalgar, dont il ne reste que cinq unités en service (HMS Tireless, HMS Torbay, HMS Trenchant, HMS Talent et HMS Triumph).

 

Le HMS Triumph et, au second plan, le HMS Astute (© : ROYAL NAVY)

 

Le HMS Triumph et, au second plan, le HMS Astute (© : ROYAL NAVY)

Royal Navy BAE SYSTEMS