Défense
La Royal Navy teste l'embarquement de deux hélicoptères sur son nouveau destroyer

Actualité

La Royal Navy teste l'embarquement de deux hélicoptères sur son nouveau destroyer

Défense

Le HMS Dauntless, nouveau destroyer britannique du type 45, dispose actuellement d'un détachement aéronautique renforcé. Au lieu d'embarquer un seul hélicoptère, le bâtiment, engagé fin juin dans des manoeuvres avec les marines américaine, russe et française (exercice FRUKUS), compte deux Lynx Mk8 à son bord. « Le but est de développer la tactique et de définir des procédures d'emploi pour l'embarquement de deux hélicoptères sur un (bâtiment) du type 45 », explique la Royal Navy. Comme son aîné, le HMS Daring, et les quatre autres destroyers de cette nouvelle série, le HMS Dauntless dispose d'une vaste plateforme, capable d'accueillir un gros hélicoptère de type Chinook. Mais le navire ne compte qu'un spot d'appontage et son hangar ne peut, normalement, abriter qu'un hélicoptère lourd de type Merlin.

 Hélicoptère Lynx (© : ROYAL NAVY)
Hélicoptère Lynx (© : ROYAL NAVY)

La part toujours plus importante des missions aériennes à partir des navires de surface incite néanmoins la marine britannique à étudier la possibilité de renforcer la dotation de certains de ses bâtiments en cas de besoin pour les opérations.
Ces dernières années, seul le patrouilleur polaire HMS Endurance (gravement endommagé en 2008 par une voie d'eau et indisponible depuis) embarquait deux Lynx lors de ses déploiements. Les frégates du type 22 avaient, également, été conçues pour mettre en oeuvre deux hélicoptères. Mais, comme leurs homologues françaises des type F67 et F70 ASM, elles n'embarquent plus désormais qu'une machine, à la fois pour des raisons de manque d'appareils et du fait qu'au fil des années, les hangars, étroits, sont devenus très encombrés.

Royal Navy