Marine Marchande
La Russie confirme la construction d'un brise-glace géant à propulsion nucléaire

Actualité

La Russie confirme la construction d'un brise-glace géant à propulsion nucléaire

Marine Marchande

Il surclassera, et de très loin, tout ce qui a été construit jusqu'ici. Le Kremlin avait annoncé l'an passé sa volonté de voir le trafic de la route du Nord atteindre 80 millions de tonnes par an et de garder la voie navigable pratiquable toute l'année à l'horizon 2023-2025. Cette route va, notamment, de plus en plus servir au trafic de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance de la zone de Yamal, mais également pour d'autres matières premières. Or, les moyens brise-glace actuels ne suffiront pas à assurer cette permanence.

La Russie vient donc de confirmer le lancement du projet Leader visant à la construction d'un brise-glace de très forte capacité, mesurant pas moins de 300 mètres de long pour 50 de large, avec une propulsion nucléaire de 120 MW. Il sera capable de croiser à 12 noeuds et de franchir des glaces épaisses de 4 mètres. Le chantier Zvesda de Bolshoi Kamen, dans l'est russe, va être mis à niveau pour pouvoir entreprendre la construction de ce mastodonte. Le projet est porté par Rosneft, Rosneftgaz et Gazprombank.

Parallèlement, deux brise-glaces nucléaires supplémentaires, sisterships des Sibir, Arktika et Ural actuellement en construction chez Baltic Shipyard à Saint-Pétersbourg pourraient également être commandés. Conçus pour franchir une épaisseur de glace de 3 mètres, ces derniers sont, pour l'instant, les plus puissants du monde avec 60.000 kW de propulsion. Issus du Projet 22220, ils mesurent 173 mètres de long pour 34 mètres de large, avec un tirant d’eau de 10.5 mètres et un déplacement devant atteindre 33.500 tonnes. Dotés de trois lignes d'arbres, ils sont équipé de deux nouveaux réacteurs nucléaires RITM-200 spécialement conçus pour cette application. 

 

Arctique et Antarctique