Défense
La Russie lance un appel d'offres pour ses futurs bâtiments de projection

Actualité

La Russie lance un appel d'offres pour ses futurs bâtiments de projection

Défense

Moscou a annoncé, en août, le lancement d'une procédure d'appel d'offres international en vue de commander des bâtiments de projection. En France, la nouvelle a suscité certains remous, l'affaire ayant été présentée comme conclue par les plus hautes autorités de l'Etat. Ainsi, à l'occasion de sa visite à Saint-Nazaire au mois de juillet, le président Sarkozy avait assuré aux salariés de STX France que les chantiers réaliseraient des bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral pour la Russie. La certitude élyséenne tenait apparemment au fait que le chef de l'Etat aurait reçu des assurances de la part de son homologue russe, Dimitri Medvedev. A l'époque, nous avions toutefois nuancé les déclarations du président de la République, rappelant qu'aucun contrat n'avait encore été signé, contrairement aux raccourcis employés par certains media.
La question qui se pose désormais est de savoir si l'appel d'offres lancé par Moscou est une mauvaise nouvelle pour le dossier français.

L'ambassadeur russe optimiste

On le sait depuis longtemps, cette vente (qui serait la première acquisition russe d'un équipement militaire majeur à l'ouest depuis la seconde guerre mondiale) n'est pas simple et revêt une tournure très politique. En Russie, le jeu des partisans et détracteurs du BPC français a donné lieu à un incroyable flot d'informations contradictoires ces derniers mois. En arrière plan, il y a bien évidemment différents camps à Moscou, chacun tentant de faire valoir au mieux ses intérêts. Face au Mistral, plusieurs concurrents ont été cités, notamment des navires conçus par les chantiers néerlandais, espagnols et sud-coréens. Côté russe, le passage par un appel d'offres permettra, sans doute, de mieux négocier les prix. Mais cette procédure serait, également, un impératif légal que le Kremlin ne pourrait éviter. Présent à bord du croiseur Petr Velikiy, qui est arrivé à Brest jeudi dernier, l'ambassadeur de Russie en France a été interrogé sur la question (ses propos nous ont été rapportés par une source militaire). Rappelant que les négociations étaient toujours en cours, le diplomate a indiqué que, d'après ses informations, « le dossier de la France était bien placé ». L'ambassadeur a même ajouté que l'acquisition de BPC de type Mistral était « tout à fait probable ».
Si l'offre française est finalement retenue par Moscou, DCNS sera titulaire du contrat, STX France intervenant en qualité de sous-traitant. Saint-Nazaire réaliserait un ou deux BPC, les suivants étant construits par les chantiers russes.

Marine russe | Toute l'actualité des Forces Navales de la fédération de Russie Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire