Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

La Russie ne prolongera pas la série des sous-marins du type Lada

Défense

Moscou a décidé de ne pas construire de nouveaux sous-marins conventionnels du type Lada, a indiqué l'amiral Vladimir Vysotsky, patron de la flotte russe. « La marine russe n'a pas besoin du Lada dans sa forme actuelle », a expliqué le chef d'état-major à l'agence de presse RIA Novosti. En revanche, l'amiral Vysotsky s'est montré intéressé par la possibilité d'adapter à ces sous-marins des systèmes de propulsion anaérobie (AIP), qui permettent d'augmenter significativement l'autonomie en plongée. « Il est tout à fait possible que nous recevions une version d'essais de système de propulsion anaérobie dans les toutes prochaines années. Sur des sous-marins de la classe Lada, dont deux exemplaires ont vu leur construction commencer. Les essais pourraient commencer en 2014. C'est tout à fait réaliste ».
La Russie avait lancé le programme Lada (projet 677) afin de remplacer les sous-marins du type Kilo. Tête de série, le Sankt Petersburg a été mis sur cale en 1997 dans la ville dont il porte le nom. Lancé en 2004, le bâtiment devait être opérationnel en 2007. Mais il n'a toujours pas été admis au service actif, ce qui inciterait à penser que les Russes ont rencontré quelques soucis. Jusqu'ici, seuls deux autres unités du même type, les Kronshtadt et Sevastopol ont été mis sur cale, en 2005 et 2006. Et la série n'ira donc pas plus loin. Longs de 66.8 mètres pour un déplacement de 2650 tonnes en plongée, les Lada doivent pouvoir atteindre la vitesse de 21 noeuds en plongée et mettre en oeuvre jusqu'à 18 armes. Si Moscou a décidé, pour ses propres besoins, de prolonger la série des Kilo (2 livrables en 2013 et 2014 et 4 autres prévus ensuite pour la flotte de la mer Noire), le programme Lada n'est pas pour autant interrompu. Ceci, probablement, pour des questions de ventes de sous-marins à l'international. La Russie continue, en effet, de proposer à des marines étrangères l'Amur, qui n'est autre que la version export du Lada. Ce sous-marin est par exemple en compétition en Inde, notamment face au Scorpène du Français DCNS, qui a déjà vendu 6 unités de ce type à New Delhi. Moscou ne peut donc pas renoncer totalement au Lada car cela enverrai un signal très négatif, si ce n'est fatal, aux éventuels clients export. Pour se mesurer à ses concurrents internationaux, l'Amur devra, en outre, disposer d'un système de propulsion anaérobie éprouvé, comme c'est le cas avec le MESMA sur le Scorpène ou encore le système PERMASYN sur les sous-marins allemands des types 212/214. D'où les annonces du patron de la flotte russe sur des essais d'AIP sur les Lada. Ces derniers pourraient, d'ailleurs, être ultérieurement vendus.

Le Sankt Petersburg  (© : MARINE RUSSE)
Le Sankt Petersburg (© : MARINE RUSSE)

Marine russe