Défense
La Russie va construire des destroyers lourds à propulsion nucléaire

Actualité

La Russie va construire des destroyers lourds à propulsion nucléaire

Défense

En dehors des porte-avions américains et français, aucun bâtiment de combat de surface à propulsion nucléaire n’a vu le jour depuis les quatre croiseurs russes du type Kirov, lancés entre 1977 et 1989. Début mars, à l’occasion de la mise sur cale des frégates Retiviy et Strogiy (du type Boikiy, version améliorée du Steregushchiy) au chantier Sevemaya de Saint-Pétersbourg, le commandant de la flotte russe a créé la surprise. L’amiral Viktor Chirkov a en effet annoncé la construction d'une nouvelle génération de destroyers lance-missiles lourds dotés d’une propulsion nucléaire. La tête de série devrait être mise sur cale en 2017 à Saint-Pétersbourg, son entrée en service étant espérée entre 2023 et 2025.

Jusqu’à 12 unités de 14.000 tonnes

Le projet, connu sous le nom de Lider, porte sur des bâtiments de très fort tonnage, l’intégration des chaufferies nécessitant une plateforme de grande taille. Ainsi, le déplacement des futurs bâtiments est annoncé à 14.000 tonnes, pour une longueur de plus de 180 mètres, ce qui les fera plus passer pour des croiseurs que pour des destroyers, même s’ils seront loin d’atteindre le gabarit des Kirov, longs de 252 mètres pour 26.000 tonnes

Marine russe | Toute l'actualité des Forces Navales de la fédération de Russie