Défense
La sixième FREMM italienne mise sur cale

Actualité

La sixième FREMM italienne mise sur cale

Défense

Le chantier Fincantieri de Riva Trigoso, près de Gênes, a procédé le 6 septembre à la mise sur cale de la sixième frégate multi-missions (FREMM) italienne. Ce bâtiment, qui sera baptisé Luigi Rizzo, doit être livré en 2017 à la Marina militare. Celle-ci a réceptionné la tête de série du programme, le Carlo Bergamini, le 29 mai dernier, et ce sera prochainement le tour du Virginio Fasan. La troisième FREMM italienne, le Carlo Margottini, a quant à elle été mise à flot le 29 juin.  Les deux suivantes, qui seront nommées Carabiniere et Alpino, sont en cours d’assemblage à Riva Trigoso. Commandées en 2006 (les deux premières) et en 2008 (les quatre suivantes), ces frégates de 144 mètres  de long pour 19.7 mètres de large auront un déplacement final plus important que prévu. Il est désormais annoncé à près de 6700 tonnes à pleine charge, soit 700 de plus que les FREMM françaises, ce programme ayant été mené en commun par les deux pays.

 

 

Le chantier de Riva Trigoso avec le Cargo Margottini avant sa mise à l'eau (© FINCANTIERI)

Le chantier de Riva Trigoso avec le Cargo Margottini avant sa mise à l'eau (© FINCANTIERI)

 

 

Malgré cette coopération, qui s’est en fait surtout limitée à la mutualisation des achats de gros équipements, le design des FREMM française et italienne est très différent. Version compacte des frégates de défense aérienne du type Horizon (également réalisée en coopération par la France et l’Italie), dont elles reprennent le système de combat et le radar EMPAR, les FREMM italienne se déclinent en deux versions. L’une d’elle est conçue pour la lutte anti-sous-marine, avec un sonar remorqué Captas 4, quatre missiles ASM Milas et des tubes pour torpilles MU90, auxquels s’ajoutent 16 missiles surface-air Aster 15, deux tourelles de 76 mm, deux canons de 25 mm et quatre missiles antinavire Otomat Mk2. Le Virginio Fasan est le premier bâtiment de ce type. L’autre variante de la FREMM italienne, dont le Carlo Bergamini est le premier exemplaire, est optimisée pour l'action vers la terre. Le 76 mm à l’avant est remplacé par une pièce de 127 mm, alors que des Otomat se substituent aux Milas, portant la dotation en missiles antinavire à huit armes. La FREMM polyvalente est aussi dotée, en lieu et place du sonar remorqué, d’un système de mise à l’eau pour embarcations rapides. En matière de capacités aéronautiques, les bâtiments disposent tous de deux hangars pour des hélicoptères NH90, l’un des locaux étant plus grand pour permettre des opérations de maintenance en mer. Grâce au nouveau NH90, équipé dans la marine italienne d’un sonar trempé FLASH et de torpilles MU90, mais aussi de missiles Marte Mk2, les bâtiments voient leurs capacités renforcées en termes de lutte ASM et antinavire. A terme, des drones aériens devraient, par ailleurs, être mis en œuvre en plus des hélicoptères.

 

 

Le Carlo Bergamini et le Virginio Fasan (© ORIZZONTE SISTEMI NAVALI)

Le Carlo Bergamini et le Virginio Fasan (© ORIZZONTE SISTEMI NAVALI)

 

Le Carlo Bargamini (© MARINA MILITARE)

Le Carlo Bargamini (© MARINA MILITARE)

 

 

Alors que le Carlo Bergamini et le Luigi Rizzo, qui a donc été mis sur cale vendredi, sont des versions polyvalentes, les Virginio Fasan, Carlo Margottini, Carabiniere et Alpino appartiennent à la variante ASM. En tout, le programme doit comprendre 10 FREMM, soit quatre polyvalentes et six anti-sous-marines. Les quatre dernières unités n’ont, toutefois, pas encore été commandées en raison des restrictions budgétaires. La réduction du nombre de bâtiments n’est, d’ailleurs, pas à exclure.

Pour mémoire, les FREMM doivent remplacer les 8 frégates du type Maestrale et les 2 frégates du Lupo actuellement en service au sein de la Marina militare. Le programme est industriellement porté par Orizzonte Sistemi Navali, filiale de Fincantieri et Finmeccanica. 

 

 

Le Carlo Bargamini (© MARINA MILITARE)

Le Carlo Bargamini (© MARINA MILITARE)

Fincantieri marine italienne