Marine Marchande
La SNCM et la Méridionale en grève depuis le 1er janvier

Actualité

La SNCM et la Méridionale en grève depuis le 1er janvier

Marine Marchande
Les 30 millions d’euros débloqués au profit de la SNCM par l’Etat le 30 décembre dernier n’auront pas suffi. Le mouvement de grève des marins de l’armement et de ceux de la Méridionale a été reconduit depuis le 1er janvier, provoquant d’ores et déjà de lourdes conséquences pour l’économie corse.
Frédéric Alpozzo, secrétaire général de la CGT à la SNCM, très exposé médiatiquement, continue –suivi par tous les syndicats sauf le syndicat des travailleurs corses, qui réclame la création d’une compagnie régionale -  à réclamer l’obligation du pavillonnement au 1er registre pour la desserte de la Corse ainsi que l’application du plan industriel que la direction de la compagnie avait mis en place en juin dernier. Ce dernier prévoyait un retour à  la compétitivité avec notamment un renouvellement de la flotte  et le départ de 500 salariés. Ce plan n’a pas encore pu être mis en œuvre, notamment en raison des décisions de la Commission européenne ordonnant le remboursement par la SNCM de 400 millions d’euros au titre des aides d’Etat.
 
 
La trésorerie abondée par l'Etat jusqu'aux municipales?
 
 
Dans une lettre du 30 décembre, le premier ministre Jean-Marc Ayrault avait précisé que le versement exceptionnel de 30 millions d’euros dans les caisses de l’armement, dont l’Etat est actionnaire aux côtés de Transdev, devait permettre « les premières mesures de retour à l’équilibre prévues par le plan d’affaires ». Selon des informations des Echos, l’Etat pourrait continuer à alimenter la trésorerie de la SNCM, au bord du gouffre depuis plusieurs mois, durant les prochaines semaines (sous-entendu jusqu’aux élections municipales du mois de mars).
En attendant, la Corse est coupée de Marseille, au moment où près de 3000 tonnes de clémentines n’ont pu être récoltées faute de possibilité d’acheminement. Les transporteurs corses, excédés, ont décrété un blocus de l’Ile en réaction à la grève des marins. Paul-Marie Bartoli, président de l’Office des Transports de Corse, tempête contre « la grève de trop » et réclame la mise en place d’un service social et solidaire. 
 
 
Une offre de reprise norvégienne
 
 
Alors que les relations sont plus tendues que jamais et que le gouvernement semble empêtré dans une posture politique intenable, le Journal du Dimanche révèle qu’un projet de reprise de la SNCM, mené par Christian Garin (vice-président de SeaTankers) allié notamment à l’armement norvégien Siem, aurait été déposé il y a plusieurs mois. Une information dont les détails n’ont pas encore été confirmés.
 
Corsica Linea | Toute l'actualité de la compagnie de ferries La Méridionale | Actualité de la compagnie de transport