Marine Marchande
La SNCM et la Méridionale toujours paralysées par la grève

Actualité

La SNCM et la Méridionale toujours paralysées par la grève

Marine Marchande

Depuis jeudi dernier, les deux compagnies françaises sont paralysées par une grève. Mené par le Syndicat des Travailleurs Corses (STC), ce mouvement est suivi, selon la direction, « par une minorité représentant 8 % de l'effectif normalement au travail ». Il fait suite au projet de la SNCM et de la CMN (Méridionale) de créer une filiale commune. Après avoir récemment annoncé un partenariat commercial, les deux entreprises souhaitent désormais, ensemble, se positionner sur les autoroutes de la mer en Méditerranée (Italie, France, Espagne). Un dossier en ce sens doit être déposé d'ici le 15 novembre dans le cadre d'un appel à projets lancé par la Commission européenne, et qui pourrait inclure la Corse dans le schéma de desserte. Le projet de la SNCM et de la Méridionale porte sur la création d'une ligne par l'affrètement d'un navire, chargé de desservir Toulon, la Corse et l'Italie. Il s'agirait là, notamment, d'une réponse à Corsica Ferries, qui n'a cessé, ces dernières années, de prendre des parts de marché à ses concurrentes.

Un navire sous pavillon français

« Ce projet, encore à l'état d'étude, a été annoncé très en amont dans un souci de transparence vis-à-vis de nos personnels. Il ne remet en cause en aucune manière, le statut et les avantages acquis des salariés de la SNCM et de la CMN. Compte tenu de certaines craintes qui se sont manifestées, nous avons précisé que cette filiale commune utiliserait un navire sous pavillon français 1er registre et avec une priorité d'emploi pour les marins de nos compagnies, s'ils venaient à en faire la demande. Il a été précisé aux Organisations Syndicales, dès le 9 octobre, que nous reviendrions vers elles pour discuter de toutes les conditions d'emploi en vue de parvenir à un accord », explique la SNCM. Un accord précisant ces engagements a été signé entre les directions des deux entreprises et la CGT, syndicat majoritaire au sein de la SNCM et de la Méridionale. Mais « le syndicat STC exige que, dès à présent, les Compagnies s'engagent pour la filiale non encore constituée, à n'utiliser que les statuts SNCM et CMN », déplore la SNCM.

Ne pas laisser « le champ libre » à la concurrence

La direction de la compagnie appelle le syndicat à la raison et à ne pas faire le jeu de la concurrence : « Si cette grève minoritaire, qui mobilise moins de 10 % des effectifs, venait à nous empêcher de réaliser ce développement, alors nous laisserions le champ libre à des compagnies ayant un standard social bien différent, qui ne contribuent pas à l'emploi de salariés ou de marins locaux ». La SNCM réfute également les reproches qui lui sont fais de ne pas communiquer et dialoguer suffisamment. « Nous réaffirmons que les négociations ont lieu au siège des entreprises. C'est vrai pour toutes les organisations syndicales majoritaires et minoritaires. C'est de cette manière que nous avons proposé, par courrier le samedi 10 octobre au syndicat STC, d'organiser une réunion de négociation commune avec les deux compagnies, courrier sans réponse à cette heure. Nous relançons cette proposition », indiquait hier après-midi la compagnie.

Corsica Linea | Toute l'actualité de la compagnie de ferries La Méridionale | Actualité de la compagnie de transport