Défense
La VEH Palyvestre réceptionnée

Actualité

La VEH Palyvestre réceptionnée

Défense

Basée à Hyères, près de la base d’aéronautique navale, la nouvelle vedette d’entrainement à l’hélitreuillage (VEH) de la Marine nationale a été réceptionnée le 30 avril par la Direction Générale de l’Armement. Mis à l’eau le 24 septembre 2019 au chantier Socarenam de Calais, ce bateau en aluminium de 15 mètres de long pour 5.46 mètres de large et un déplacement de 17 tonnes (lège) est équipé de deux moteurs diesels de 650 cv chacun et deux hydrojets. Il peut naviguer à près de 30 nœuds. Baptisée Palyvestre, du nom du lieu-dit où est installée la base d’aéronautique navale (BAN) d’Hyères, cette vedette sera employée par la Marine nationale au profit des entrainements à l’hélitreuillage réalisés par les appareils de la BAN varoise.

Le Palyvestre a été réalisé en même temps que l’Armet, la nouvelle vedette de sûreté maritime et portuaire (VSMP) de la Gendarmerie maritime. Conçues par le bureau d’architecture Pierre Delion et réalisés par le chantier Socarenam de Calais, ces unités au design très voisin ont été commandées au sein du même contrat, notifié par la Direction Générale de l’Armement en décembre 2017. Initialement, elles devaient être opérationnelles fin 2019 mais un problème avec leurs hydrojets a entrainé du retard.

 

La VSMP Armet (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

La VSMP Armet (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Bien qu’il s’agisse de petits navires, ce programme n’en a pas moins été complexe puisqu’il a fallu, pour réduire les coûts en évitant de mener deux projets distincts, développer sur une même base deux bateaux aux emplois très différents. Avec d’un côté une VEH nécessitant une plage arrière suffisamment grande et dégagée d’au moins 12 m² pour les entrainements à l’hélitreuillage, et de l’autre une VSMP, engin rapide capable d’assurer des missions de surveillance et d’interception autour des installations portuaires, y compris dans des situations impliquant l’emploi d’armes. A cet effet, l’Armet dispose à l’avant d’une sellette pour mitrailleuse. Quant à la plage arrière, elle intègre un banc pour le déploiement de plongeurs. Pour le reste, les bateaux sont quasiment identiques.

Après sa réception, le Palyvestre fait maintenant l’objet, indique la DGA, d’une campagne d’expérimentation menée par la Marine nationale. Il conviendra en particulier de valider le concept retenu en faveur d’une plateforme aussi légère, par exemple sa tenue quand elle est condrontée au puissant souffle des hélicoptères Caïman Marine. Le Palyvestre est en effet beaucoup plus léger que l’embarcation d’instruction à l’hélitreuillage (EIH) Jules, un navire de 23 mètres et 43 tonnes (lège) mis en service en 2017 à Lanvéoc-Poulmic.

Quant à l’Armet, destiné au peloton de sûreté maritime et portuaire (PSMP) de Saint-Nazaire, il est arrivé le 11 mars dans l’estuaire de la Loire et y a conduit dans la foulée des essais. Mais depuis, la vedette n’a pas bougé de son quai nazairien, dans l’attente de dernières validations.

- Voir notre reportage sur l'Armet

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française