Marine Marchande
L’Abeille Bourbon et le Primauguet auprès du roulier en perdition

Actualité

L’Abeille Bourbon et le Primauguet auprès du roulier en perdition

Marine Marchande

A la dérive depuis mardi dans le golfe de Gascogne, le roulier Modern Express, dont l’équipage a été évacué par des hélicoptères espagnols, est toujours dans une situation très délicate. Balloté dans une mer très difficile, le navire a vu sa gîte s’aggraver. Hier, elle semblait en effet dépasser les 50 degrés. Se situant en fin d’après-midi à environ 200 milles à l’ouest de La Rochelle, le Modern Express dérivait légèrement au sud-est à la vitesse de 3 nœuds, se rapprochant donc des côtes françaises.

 

(© : PREFECTURE MARITIME DE L'ATLANTIQUE)

(© : PREFECTURE MARITIME DE L'ATLANTIQUE)

 

Considérant le navire comme une menace pour la navigation et ayant mis en demeure son armateur de faire cesser le danger qu’il représente avant ce jeudi matin 9 heures, le préfet maritime de l’Atlantique avait fait appareiller dès mardi soir l’Abeille Bourbon. Parti de la pointe Bretagne, le puissant remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage (RIAS) est arrivé auprès du Modern Express hier midi, après avoir navigué aussi vite que possible dans une mer très dure. Un vol d’avion de surveillance maritime Falcon 50 avait permis, dans la matinée, de relocaliser le roulier.

 

L'Abeille Bourbon (© : MARINE NATIONALE - FLORENT LE BIHAN)

L'Abeille Bourbon (© : MARINE NATIONALE - FLORENT LE BIHAN)

 

Equipe d’évaluation et hélicoptère à partir de la frégate

Compte tenu des conditions météorologiques, conjuguée à l’état du navire en perdition, l’équipe de sauvetage du RIAS n’a pas pu montrer à bord pour effectuer une évaluation précise de la situation. Si le bateau n’a pas coulé d’ici là, ce sera peut-être le cas ce jeudi matin, une fenêtre météo favorable étant attendue. Dans cette perspective, la frégate anti-sous-marine Primauguet a été dépêchée sur zone. Le bâtiment de la Marine nationale, qui embarque un hélicoptère Lynx et une équipe d’évaluation, doit arriver en début de journée. Tout dépendra évidemment de la situation du Modern Express, la préfecture maritime rappelant que, même si une inspection à bord livre des informations précieuses, la priorité est de ne faire prendre aucun risque inconsidéré aux hommes. 

 

Le Primauguet (© : MICHEL FLOCH)

Le Primauguet (© : MICHEL FLOCH)

 

SMIT mandaté par l’armateur

En attendant, l’Abeille Bourbon assure la sécurité nautique autour du Modern Express afin d’éviter une collision avec d’autres bateaux naviguant dans le secteur. Suite à la mise en demeure du préfet maritime, l’armateur a mandaté SMIT Salvage pour mettre en sécurité son navire. Une équipe de la société néerlandaise, spécialisée dans le sauvetage de navires, s’est rendue à Brest afin d’étudier avec les autorités françaises les différents modes d’action possibles. Un représentant de SMIT a également participé dans l’après-midi à un vol d’observation réalisé par un avion F406 de la Douane. Le cas échéant, l’Abeille Bourbon pourra être affrétée par l’armateur afin de tenter un remorquage vers un port. 

3600 tonnes de bois et 580 tonnes d'hydrocarbures

Concernant le risque environnemental, aucune pollution n’a pour l’heure été signalée. Le navire transporte une cargaison de 3600 tonnes de bois débité en fardeaux ainsi qu’une dizaine de véhicules de travaux publics. Quant à ses soutes, elles contiennent apparemment 400 tonnes de fuel et 180 tonnes de gasoil. Si le Modern Express venait à couler, les hydrocarbures qu’il transporte constitueraient donc une menace assez limitée, étant suffisamment légers pour se diluer relativement facilement dans la mer. Quant à la cargaison, tout dépendrait de l’intégrité de la coque, à savoir si elle se brise ou non.

Mis en service en 2001, ce roulier battant pavillon panaméen mesure 164 mètres de long pour 28 mètres de large. Il avait appareillé du port gabonais d’Owendo (près de Libreville) le 16 janvier et devait arriver au Havre cette semaine.  

 

Le Modern Express au Havre en 2013 (© : FABIEN MONTREUIL)

Le Modern Express au Havre en 2013 (© : FABIEN MONTREUIL)

 

Sauvetage et services maritimes