Marine Marchande
L'Abeille Languedoc sera redéployée cet été dans le détroit du Pas-de-Calais

Actualité

L'Abeille Languedoc sera redéployée cet été dans le détroit du Pas-de-Calais

Marine Marchande

La confirmation est tombée hier, alors que le secrétaire d'Etat aux Transports, Thierry Mariani, intervenait à l'occasion du salon Saferseas, à Brest. Afin de répondre au désengagement britannique en matière de remorqueurs de sauvetage, la France a décidé de réorganiser son dispositif en redéployant à compter du mois de septembre l'Abeille Languedoc dans le Nord-Pas-de-Calais. Basé depuis 2006 à La Rochelle, le remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage (RIAS) sera chargé de veiller à la sécurité maritime dans le détroit. Cette réorganisation du dispositif français fait suite à la décision de la Grande-Bretagne de suspendre, à compter du 30 septembre, l'affrètement de remorqueurs de sauvetage le long de ses côtes. Cette mesure est également valable pour l'Anglian Monarch, basé dans le Pas-de-Calais et co-affrété depuis 2000 par la France. Cette dernière ne disposant pas d'autres moyens de ce type dans le secteur et les contraintes budgétaires ne permettant pas de reprendre la totalité de l'affrètement de l'Anglian Monarch, le gouvernement a donc opté pour le repositionnement de l'Abeille Languedoc. A La Rochelle, cette dernière était, en effet, considérée comme sous-employée.
Le bâtiment, qui sera basé à Dunkerque d'ici la fin de l'été, aura une mission primordiale. Il devra, en effet, pouvoir assister les navires de commerce en difficulté sur l'une des plus grandes autoroutes maritimes du monde.

 L'Anglian Monarch (© : MARINE NATIONALE)
L'Anglian Monarch (© : MARINE NATIONALE)

Veiller sur un secteur très « accidentogène »

Rien que pour le détroit du Pas-de-Calais, on enregistre chaque année le passage de 90.000 navires transportant, notamment, 430 millions de tonnes de matières dangereuses (hydrocarbures, produits chimiques, explosifs...). A cela s'ajoute le trafic traversier des ferries reliant la France et la Grande-Bretagne, soit 34.000 traversées annuelles et 40.000 passagers transportés chaque jour. La présence dans le secteur de nombreux pêcheurs, de plaisanciers et d'un nombre toujours plus importants de navires de croisière (477 paquebots sur la voie montante en 2010) accroissent, de plus, le caractère très « accidentogène » du détroit. Ces trois dernières années, l'Anglian Monarch a d'ailleurs réalisé plus de 80 remorquages et escortes dans cette zone, preuve que le besoin est bien réel.
Sistership de l'Abeille Flandre, l'Abeille Languedoc a été construite en Norvège et est entrée en service en 1979. L'affrètement de ces deux RIAS, qui appartiennent à BOURBON, découle du naufrage de l'Amoco Cadiz en 1978, évènement qui a fait prendre conscience de la nécessité de disposer en Atlantique et en Manche de puissants remorqueurs à même d'éviter des catastrophes maritimes. Longue de 63.3 mètres pour une largeur de 14.4 mètres, l'Abeille Languedoc affiche une capacité de traction de 160 tonnes, ses moteurs développant 16.000 cv. Jusqu'à la fin 2005, ce navire était basé à Cherbourg, où il a été remplacé par la nouvelle Abeille Liberté. Peu avant, la Flandre, remplacée à Brest par l'Abeille Bourbon, avait quant à elle quitté la Bretagne pour gagner Toulon, où elle est toujours positionnée.

 L'Abeille Languedoc (© : MARINE NATIONALE)
L'Abeille Languedoc (© : MARINE NATIONALE)

Sécurité maritime Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française