Défense
L'Académie de marine plaide pour un second porte-avions nucléaire

Actualité

L'Académie de marine plaide pour un second porte-avions nucléaire

Défense

A partir de 2010, le débat sur la construction d'un second porte-avions français devrait revenir sur le devant de la scène. Malgré l'accord franco-britannique de 2006 et les importants travaux d'études menés par les industriels, le projet a été ajourné, en juin 2008, par le président de la République. Ce dernier a renvoyé à 2011/2012 la décision de réaliser, ou non, ce bateau. Entre temps, le chef de l'Etat a demandé que les industriels étudient, de nouveau, les deux modes de propulsion possibles : classique ou nucléaire. Comme ce fut déjà le cas par le passé, le débat autour de ce choix devrait être assez passionné entre tenants et détracteurs de l'atome.
Dans une analyse publiée au début de l'été, l'Académie de Marine plaide, clairement, pour un second porte-avions à propulsion nucléaire, choix qui avait été adopté pour le Charles de Gaulle. Elle estime que les « considérations opérationnelles et techniques qui avaient conduit le Conseil de Défense à décider en 1980 du remplacement du Clemenceau et du Foch par deux porte-avions à énergie nucléaire restent aujourd'hui d'actualité ». Selon les académiciens : « Un rapide examen des solutions dites alternatives pour la construction du second porte-avions montre leur infériorité tant au plan opérationnel qu'aux plans technique et budgétaire ». Dans cette analyse, les économies potentielles pouvant être réalisées grâce à une propulsion classique sont, à long terme, mises en doute, alors qu'est posée la difficulté de mettre en oeuvre deux bâtiments très différents, notamment au niveau de l'équipage.
_____________________________________________

- VOIR L'ANALYSE DE l'ACADEMIE DE MARINE

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française