Défense
L'Achéron revient d'une importante mission de déminage en Libye

Actualité

L'Achéron revient d'une importante mission de déminage en Libye

Défense

Le bâtiment base de plongeurs démineurs Achéron est rentré à Toulon après avoir passé plusieurs semaines en Libye. Après l'effondrement du régime du colonel Kadhafi, les opérations militaires ayant cessé le 30 octobre, le Conseil National de Transition Libyen a fait appel à la France pour aider les autorités locales à déminer certains sites, notamment portuaires. Les combats ont, en effet, laissé de nombreuses munitions non explosées et il convenait de s'assurer que les navires accédant aux ports libyens puissent le faire en toute sécurité. Commandé par le lieutenant de vaisseau Charles-Emmanuel Cras, l'Achéron a donc quitté la base varoise avec, à son bord, 15 membres d'équipage et 15 hommes du Groupe de Plongeurs Démineurs (GPD) de la Méditerranée. Cet effectif comprenait notamment 9 plongeurs démineurs, un infirmier plongeur hyperbariste, deux spécialistes de la détection sous-marine pour la mise en oeuvre d'un sonar et le traitement des images, ainsi que trois fusiliers-marins du groupe d'intervention régional de Cherbourg, qui ont assuré la protection de l'Achéron et des personnels embarqués.

L'Achéron  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
L'Achéron (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'Achéron  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
L'Achéron (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Sur place, les marins français ont eu une mission d'expertise, de conseil et de formation auprès des Libyens, mais ils sont aussi directement intervenus pour neutraliser un certain nombre d'explosifs. Ainsi, les militaires français sont intervenus dans 6 ports libyens, dont ceux de Tripoli et Misrata. Le GPD a, notamment, mené des investigations et effectué une dépollution pyrotechnique sur les bâtiments de la marine libyenne coulés les 20 et 21 mai dans les ports de Syrte et Al Khums. Les plongeurs démineurs français ont, ainsi, travaillé sur l'épave de la frégate Al Girdabiyah (type Koni) et sur cinq ex-patrouilleurs lance-missiles du type Combattante. A Ras Lanouf, une dépollution du champ de bataille a également été menée, notamment au niveau des munitions non explosées se trouvant dans l'eau, dans les zones portuaires et à terre.

Intervention en Libye  (© : MARINE NATIONALE)
Intervention en Libye (© : MARINE NATIONALE)

Intervention en Libye  (© : MARINE NATIONALE)
Intervention en Libye (© : MARINE NATIONALE)

Intervention en Libye  (© : MARINE NATIONALE)
Intervention en Libye (© : MARINE NATIONALE)

Intervention en Libye  (© : MARINE NATIONALE)
Intervention en Libye (© : MARINE NATIONALE)

Intervention en Libye  (© : MARINE NATIONALE)
Intervention en Libye (© : MARINE NATIONALE)

Intervention en Libye  (© : MARINE NATIONALE)
Intervention en Libye (© : MARINE NATIONALE)

Intervention en Libye  (© : MARINE NATIONALE)
Intervention en Libye (© : MARINE NATIONALE)

Intervention en Libye  (© : MARINE NATIONALE)
Intervention en Libye (© : MARINE NATIONALE)

Au total 151 heures de plongées ont été effectuées. Au final, une douzaine de munitions ont été neutralisée au cours d'opérations subaquatiques, à terre ou en surface (une bombe d'avion, une mine à orins, des roquettes de 57mm, des roquettes de type RPG7, des obus antiaériens, des grenades artisanales, des grenades anti-sous-marines et des résidus de roquettes de 122mm). « Cette mission a été réalisée en étroite et parfaite coopération avec la marine libyenne et ses plongeurs. Cette première opération en Libye ouvre la voie à un processus de coopération, qui sera élargi dans le futur et ce dans plusieurs domaines. L'objectif principal est d'aider la Libye à se normaliser dans le but de rétablir un trafic commercial », explique le capitaine de corvette David Bonnefoy, commandant du GPD Méditerranée.

Le LV Cras et le CC Bonnefoy (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le LV Cras et le CC Bonnefoy (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Pour mémoire, l'Achéron est l'un des quatre BBPD de la Marine nationale, qui compte également le Vulcain, le Styx et le Pluton. Construits par les chantiers La Perrière de Lorient et les CMN de Cherbourg, ces bâtiments mesurent 41.6 mètres de long et affichent un déplacement de 490 tonnes en charge. Servant à Cherbourg, Brest et Toulon au soutien des GPD de la Manche et de la mer du Nord, de l'Atlantique et de la Méditerranée, ces navires peuvent embarquer, en plus de leur équipage, jusqu'à 12 plongeurs, un médecin et un infirmier. Conçus pour le support aux opérations de déminage, les BBPD disposent de locaux et équipements spécifiques, comme un caisson de décompression et des moyens de levage. L'Achéron sert, de plus, de bâtiment base à l'école de plongée.

L'Achéron  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
L'Achéron (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'Achéron  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
L'Achéron (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'Achéron  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
L'Achéron (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'Achéron  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
L'Achéron (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'Achéron  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
L'Achéron (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'Achéron  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
L'Achéron (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le CC Bonnefoy et le LV Cras (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le CC Bonnefoy et le LV Cras (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française