Divers

Fil info

L’ACORAM décerne son prix littéraire Bravo Zulu à quatre ouvrages

Article gratuit
Divers

L’Association des officiers de réserve de la Marine nationale (ACORAM) a dévoilé le palmarès 2021 de son prix littéraire Bravo Zulu. Quatre ouvrages sont de nouveau primés cette année.

Prix « Livre » : A perte de vue la mer gelée François Garde - Paulsen 

Vers 325 avant notre ère, une fois passées les colonnes d’Hercule, Pythéas le marseillais mit le cap sur l’étoile polaire et atteignit Thulé… Il y a de multiples raisons d’apprécier l’ouvrage de François Garde, au style remarquable. Si, par nécessité, la forme est romancée, la culture étaye un récit qu’enrichit l’expérience - évidente - du monde et des hommes. Poésie et rythmes aidant, les sillages d’Ulysse et de la nef Argo sont proches, juste au-delà de l’horizon…

Mention spéciale « Livre » : Ultramarins– Mariette Navarro – Quidam éditions  

A bord d’un cargo traversant l’Atlantique, l’équipage décide un jour, avec l’accord de sa commandante, une baignade en pleine mer, parenthèse qui devra demeurer secrète et ignorée du livre de bord. L’écriture, magique, de ce roman fantastique nous plonge dans le vertige de la méditation au large et restitue le pouvoir hypnotique de l’océan.

Prix « Beau Livre » : Les peintres officiels de la Marine – Denis-Michel Boëll - Locus Solus 

Ce livre nous offre un élégant voyage à travers l’évocation des éléments, du sel qui brûle les lèvres, de la beauté des paysages maritimes et des bateaux qui y naviguent. Il suffit de flâner au fil de ses pages, au gré de son humeur, pour trouver le plaisir de la navigation et l’émerveillement de la découverte.

Prix « Bande dessinée » : Le voyage du commodore Anson– Christian Perrissin – Matthieu Blanchin - Futuropolis  

Si une bande dessinée est avant tout affaire de scénario, nul doute que Le voyage du Commodore Anson porte la marque d’un grand récit. Le dessin désarçonnera peut-être les inconditionnels de la ligne claire, mais on ne saurait trop conseiller au lecteur de dépasser le premier étonnement. C’est le gage de la découverte d’un récit épique de longue haleine, au long de pages qui éclairent cette histoire assez méconnue en France.