Défense
L’Adroit et Le Malin à Mayotte

Actualité

L’Adroit et Le Malin à Mayotte

Défense

Parti le 11 janvier de Toulon dans le cadre de son dernier déploiement pour le compte de la Marine nationale, L’Adroit est actuellement à Mayotte, où se trouve également Le Malin. Basé depuis 2011 à La Réunion, ce dernier dest un ancien palangrier hondurien de 54 mètres, saisi en 2004. Peint en blanc et conservant son allure de bateau de pêche, il peut surveiller en toute discrétion la zone économique exclusive française dans cette zone.

 

Le Malin et L'Adroit à Mayotte (© : DR)

Le Malin et L'Adroit à Mayotte (© : DR) 

 

Sa silhouette n’a rien à voir avec celle de L’Adroit, prototype du patrouilleur hauturier du type OPV 90, réalisé sur fonds propres par DCNS et mis à disposition de la flotte française depuis octobre 2011. Un prêt qui va donc s’achever cet été, le propriétaire du bâtiment le proposant à différents client potentiels. Sa dernière mission avec la Marine nationale a d’ailleurs des allures de grande tournée commerciale, avec des visites et exercices en Amérique latine (Brésil et Argentine) puis en Afrique du sud avant de rallier l’océan Indien. Alors qu’au moins une marine sud-américaine semblait très intéressée pour l’acheter, L’Adroit pourrait finalement devenir égyptien, Paris négociant avec Le Caire la vente de ce bâtiment, mais aussi celles de l’ex-patrouilleur français La Tapageuse, rénové par Piriou, et deux nouvelles corvettes du type Gowind 2500.

 

L'Adroit (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'Adroit (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Alors qu’une escale au Mozambique a été planifiée lors de sa présence en océan Indien, de même qu’une participation à l’opération européenne Atalante de lutte contre la piraterie, L’Adroit remontera ensuite le mer Rouge pour retrouver la Méditerranée. Le passage de Suez sera peut-être l’occasion de le présenter aux autorités égyptiennes, une autre escale en Croatie ayant été évoquée en janvier avant le retour à Toulon.

Long de de 87 mètres pour une largeur de 13.6 mètres, ce bâtiment de 1500 tonnes, armé par environ 35 marins, peut mettre en œuvre un hélicoptère et un drone aérien, ainsi que deux embarcations rapides déployées par un système de rampes à l’arrière.

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française