Marine Marchande

Fil info

L'AFCAN déplore la condamnation du commandant du Prestige

Marine Marchande

L’AFCAN déplore la condamnation du commandant du pétrolier Prestige à une peine de prison ferme en appel d’un premier jugement, appel exercé par les autorités locales (espagnoles, portugaises et françaises). Si ces dernières avaient écouté ce commandant au moment des faits, il aurait pu être possible de sauver le navire, la cargaison et d'éviter, ou tout au moins de fortement limiter, une pollution majeure.
Sous la pression des nations riveraines du lieu du sinistre, un juge n’a pas hésité à condamner un marin. C’est tellement plus facile que de le faire de membres d'une administration !
Une fois encore, des considérations administratives et financières ont pris le pas sur la raison.
Comme pour l’abordage du Hebei Spirit (2007), de l’échouage pour déconstruction du HMS Laurence (2013), du Thisseas (2016) détourné sur Brest pour pollution et dont le capitaine a malencontreusement disparu en mer par la suite, et même du navire El Faro (2015) disparu dans un cyclone, navire pour lequel certaines personnes n'hésitent pas à recommander la suspension du capitaine en congés à terre au moment de l'incident (le capitaine embarqué ayant disparu avec le navire, il semble qu'il va manquer le coupable idéal), à chaque fois le Capitaine a été le responsable (et forcément coupable) désigné au lieu des donneurs d'ordres, embastillé et/ou accusé de pollution volontaire avant même d’avoir été entendu.
Pense t-on réellement que c’est ainsi que l’on améliorera le professionnalisme des capitaines et des officiers de la marine marchande, la sécurité maritime, celle des navires et la protection des mers et océans.

Communiqué de l'AFCAN, 6/05/16

Divers marine marchande