Défense
L’Aigrette, premier des nouveaux remorqueurs-pousseurs de la Marine nationale
ABONNÉS

Actualité

L’Aigrette, premier des nouveaux remorqueurs-pousseurs de la Marine nationale

Défense
Construction Navale

Le chantier Merré de Nort-sur-Erdre, près de Nantes, a mis à l’eau l’Aigrette, premier des nouveaux remorqueurs-pousseurs destinés à la marine française. Doté d’une coque en acier et d’une superstructure en aluminium, ce bateau de 12 mètres de long doit pouvoir atteindre la vitesse de 8 nœuds et affiche une capacité de traction au point fixe de 10 tonnes.

Ce prototype, à l’issue de ses essais de mise en route, sera transféré par convoi routier jusqu’à Toulon, où les essais se poursuivront en vue d’une livraison définitive au printemps 2018. La production en série doit ensuite débuter, avec si besoin l’intégration de correctifs liés au retour d’expérience sur la phase de tests de l'Aigrette.

 

L'Aigrette après sa mise à l'eau (

L'Aigrette après sa mise à l'eau (© MERRE)

 

Annoncé en janvier 2017, le lancement du programme RP10 a vu la notification d’un premier contrat entre la Direction Générale de l’Armement (DGA) et Merré, mais aussi le constructeur cherbourgeois CMN, auquel le chantier ligérien s’est allié. La tranche ferme comprend 7 remorqueurs-pousseurs, avec des options devant permettre de réaliser une série comprenant jusqu’à 29 unités, livrables d’ici 2022. Dans le cadre de l’accord entre industriels, Merré et CIB à Brest (les deux chantiers appartiennent au groupe BMA) doivent réaliser 15 bateaux, CMN fournissant les 14 autres.

 

RP10 (

RP10 (© MERRE)

 

Destinés à soutenir les manœuvres portuaires des bâtiments de surface et sous-marins de la Marine nationale, les RP10 vont permettre de remplacer la flotte de vieux remorqueurs-pousseurs actuellement en service dans les bases navales métropolitaines, dans les territoires d’Outre-mer et certaines implantations militaires françaises à l’étranger. Ainsi, en plus de Brest, Toulon et Cherbourg, ces nouvelles coques rejoindront également la Martinique, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie, La Réunion et Mayotte, mais aussi Djibouti et Dakar. A l’issue de ses essais à Toulon, la tête de série pourrait d’ailleurs être affectée dans le port sénégalais.

 

Marine nationale Chantier Merré