Construction Navale
L'aire de réparation navale de Lorient s'agrandit de 6000 m2
ABONNÉS

Actualité

L'aire de réparation navale de Lorient s'agrandit de 6000 m2

Construction Navale

Interrompu à plusieurs reprises, le chantier d’agrandissement de l’aire de réparation navale de Keroman, à Lorient, a repris. La nouvelle zone réservée aux navires de 150 tonnes permettra d’éviter la saturation du terre-plein.

Lancés en octobre 2019, les travaux d’agrandissement de l’aire de réparation navale du port de Keroman, à Lorient, ont pris plusieurs mois de retard. La faute à un hiver pluvieux puis à la pandémie de Covid-19 qui a contraint de nombreuses entreprises à tourner au ralenti voire à se mettre à l’arrêt. À la faveur du déconfinement, couplé avec une météo plus que clémente, le chantier a pu reprendre à la mi-mai.

Vers la fin des travaux

Si tout se passe cette fois-ci comme prévu, les travaux devraient être terminés le 15 juin : l’ARN comptera alors 6 000 m² supplémentaires de surface utile pour accueillir des navires allant jusqu’à 150 tonnes. La zone concernée avait été laissée à l’état de friche après le réaménagement du slipway en 2000.

Les travaux ont d’abord consisté à évacuer une poche de pollution au mercure, d’origine inconnue, repérée sur le site, puis à décaper la première couche du sol avant de recréer une pente de 2 %, afin de permettre l’évacuation des eaux de ruissellement potentiellement polluées vers le bassin central de l’ARN. La couche de surface a été réalisée. Restait à engazonner toute la zone périphérique et à dessiner les marquages au sol.

Éviter la saturation de l’ARN

Confié à l’entreprise Eurovia, le chantier devrait coûter 450 000 € hors taxe, intégralement pris en charge par la Région Bretagne, propriétaire du domaine maritime. Entièrement équipée comme le reste de l’ARN en eau, électricité et éclairage par la Sem Lorient Keroman, l’entreprise gestionnaire du port, la nouvelle zone de 6 000 m² doit permettre de désengorger les deux autres secteurs, réservés aux navires de 250 et 650 tonnes, qui arrivent parfois à saturation.

« L’objectif est de pouvoir optimiser la gestion du terre-plein, d’éviter que les bateaux de petite taille n’encombrent certaines parties de l’ARN et donc de pouvoir accueillir tout le monde dans les meilleures conditions possible », explique Pierre-Gilles Le Marer, adjoint de l’antenne portuaire régionale.

L’agrandissement du terre-plein devait se traduire par une augmentation sensible du nombre de navires hissés chaque année par l’élévateur de Keroman (250 en moyenne). « Plus de bateaux, ça veut dire plus de chantiers pour les entreprises lorientaises », note-t-il. Une aubaine dans le contexte actuel.

Un article de la rédaction du Télégramme

Port de Lorient | Toute l'actualité de la capitainerie