Défense
L'Allemagne débute la construction de sa nouvelle génération de frégates

Actualité

L'Allemagne débute la construction de sa nouvelle génération de frégates

Défense

Cela faisait environ 8 ans qu'aucune frégate destinée à la marine allemande n'était en construction. Le 9 mai, les chantiers Blohm + Voss de Hambourg ont débuté la phase de réalisation de la tête de série du programme des quatre nouvelles frégates du type F125. Signé en juin 2007, le contrat doit voir la mise sur cale du futur Bade-Wurtemberg en novembre de cette année et sa livraison en 2016. Les trois navires suivants, qui pourraient être baptisés Nordrhein-Westfalen, Saarland et Sachsen-Anhalt, doivent être livrés d'ici la fin 2018.
Longues de 148 mètres pour une largeur de 18 mètres, ces frégates afficheront un déplacement de plus de 7000 tonnes en charge. Elles ont été spécialement conçues pour les déploiements outre-mer de longue durée et l'action littorale, dans un contexte d'émergence de menaces asymétriques. Pour la première fois, la marine allemande devrait opter pour deux équipages roulants, permettant aux navires d'effectuer des déploiements allant jusqu'à 24 mois, sans besoin de maintenance lourde. Capables d'atteindre la vitesse de 26 noeuds, les F125 seront armées par 120 marins et pourront accueillir 70 passagers, par exemple des commandos. Les navires disposeront sur chaque bord de deux niches permettant l'emport de quatre embarcations rapides.

F125 (© : MER ET MARINE)
F125 (© : MER ET MARINE)

Côté électronique, le radar principal, le TRS-3D, comprendra quatre antennes planes assurant une vision à 360 degrés. L'armement sera constitué de huit missiles antinavire Harpoon et deux systèmes surface-air RAM. Afin de répondre aux menaces asymétriques, l'artillerie secondaire sera particulièrement conséquente : deux canons de 27mm et cinq mitrailleuses de 12.7mm, tous télé-opérés, ainsi que deux affûts manuels de 12.7mm. Pour l'artillerie principale, la marine allemande avait initialement envisagé une pièce de 155mm. A cet effet, des tests avaient été réalisés en 2002 à bord du Hambourg (F 124) avec le Modular Naval Artillery Concept (MONARC), version navalisée du système d'artillerie automoteur de 155 mm PzH 2000. Mais cette solution, portée par ThyssenKrupp, KMW et Rheinmetall, a finalement été abandonnée. La Bundeswehr lui a préféré la tourelle de 127mm Light Weight produite par OTO-Melara. Dotée de munitions Vulcano, elle pourrait tirer à 70 kilomètres. En dehors du canon de 155mm, les Allemands ont également renoncé à embarquer sur les F125 une version navalisée du Multiple Launch Rocket System (MLRS).

Thyssen Krupp Marine Systems (TKMS)