Défense
L'amiral Mouton prend la barre des sous-marins français

Actualité

L'amiral Mouton prend la barre des sous-marins français

Défense

Vendredi 3 septembre, le vice-amiral Georges-Henri Mouton a succédé au vice-amiral d'escadre Jean-François Baud à la tête des forces sous-marines et de la force océanique stratégique (FOST). La Marine nationale, qui compte 4 sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) et 6 sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) est en pleine mutation. Cette année, le SNLE Le Terrible a achevé ses essais et a rejoint la FOST, dont les trois autres bâtiments vont être modernisés pour se conformer aux standards du Terrible, qui embarque notamment un nouveau système de combat et des missiles balistiques M51. Les SNA du type Rubis seront, quant à eux, remplacés à partir de 2017 par les nouveaux Barracuda. La tête de série, le Suffren, est actuellement en cours de construction sur le site DCNS de Cherbourg. Devenu ALFOST en 2008, l'amiral Baud a oeuvré durant deux ans à la modernisation des forces sous-marines françaises, avec entre autres la montée en puissance du Terrible et l'adaptation de la base de l'Ile Longue au M51.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française