Disp POPIN non abonne!
Défense

Fil info

Lancement réussi pour le satellite CSO-1

Défense

Le premier satellite d’observation de la Terre de la Composante spatiale optique (CSO) de l’armée française a été lancé avec succès depuis le port spatial européen de Kourou, en Guyane, à bord d’un lanceur Soyouz.

Les satellites CSO fourniront des renseignements géographiques de très haute résolution à l’armée française, ainsi qu’à ses partenaires allemands, belges et suédois. Ils sont équipés d’un système de pointage extrêmement agile et commandés depuis le sol via un centre de contrôle opérationnel sécurisé.

Chargé de la maîtrise d’oeuvre du programme des satellites CSO, Airbus a fourni la plateforme agile et l’avionique, et réalisé l’intégration, les essais et la livraison des satellites au CNES. Thales Alenia Space a fourni à Airbus l’instrument optique de très haute résolution. Les équipes d’Airbus continueront également à gérer les opérations du segment sol utilisateur, comme pour les programmes l’ayant précédé (Hélios, Pléiades, SarLupe, Cosmo-Skymed).

Le CNES avait attribué le contrat CSO à Airbus fin 2010 pour le compte de la Direction générale de l’Armement. Ce dernier comprenait une option pour la livraison d’un troisième satellite, qui a été activée en 2015 lorsque l’Allemagne a rejoint le programme.

« Notre solide savoir-faire, notre étroite coopération avec le ministère des armées depuis le début de l’aventure spatiale française, et l’appui extraordinaire de l’industrie et de nos partenaires, dont Thales Alenia Space, nous ont permis d’y parvenir ! Aujourd’hui, nous sommes extrêmement fiers d’être en mesure de fournir la capacité d’observation la plus moderne et efficace pour assurer la sécurité des citoyens et garantir la souveraineté et l’indépendance de la France et de l’Europe. Les satellites CSO représentent en effet une avancée considérable en matière de résolution, de complexité, de sécurité des transmissions, de fiabilité et de disponibilité : très rares sont les États qui disposent d’une telle capacité », a déclaré Nicolas Chamussy, Directeur général de Space Systems au sein d’Airbus.

Communiqué d'Airbus, 19/02/18