Histoire Navale
Landevennec : la réserve de la Marine avant le cimetière des bateaux
ABONNÉS

Culture

Landevennec : la réserve de la Marine avant le cimetière des bateaux

Histoire Navale

Depuis plusieurs siècles, l’anse de Penforn, en contrebas de Landévennec sert de lieux de stockage pour les navires de la Marine. Sous le Second Empire, une « réserve » y est officiellement créée, avec plusieurs dizaines de matelots qui mettent une certaine ambiance dans le petit bourg finistérien.
Landévennec et l’embouchure de l’Aulne font partie des trois estuaires - avec l’Élorn et la Penfeld - qui débouchent dans la rade de Brest. Le lieu a été occupé depuis la plus Haute Antiquité, une vaste villa romaine avait été construite sur cette petite péninsule à l’entrée de la Presqu’île de Crozon. Vers 485, un moine breton, Gwenolé, se voit octroyer des terres à proximité pour y bâtir un monastère. Ce dernier devient ensuite l’un des centres spirituels de la Bretagne.

Lieu de mouillage

Au XVIIe siècle, Richelieu fonde l’arsenal de Brest afin de développer la puissance maritime française dans l’Atlantique. Le port du Ponant prend de l’ampleur sous Louis XIV, en guerre constante avec les Pays-Bas puis avec l’Angleterre à partir des années 1680. Brest accueille les escadres de la Marine royale comme les navires corsaires. La Penfeld se militarise et se fortifie, mais l’espace manque. Pour y pallier, on commence à parquer des navires dans l’anse de Penforn à hauteur de Térénez. L’endroit est suffisamment profond et il est facilement accessible. L’encaissement de la vallée fournit un abri naturel et on trouve du bois en abondance dans les environs. Son prélèvement ne se fera d’ailleurs pas sans conflits avec l’abbaye voisine.
Les vaisseaux