Marine Marchande
L'André Malraux en campagne archéologique devant Dunkerque

Actualité

L'André Malraux en campagne archéologique devant Dunkerque

Marine Marchande

Le navire André Malraux du DRASSM (Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines) du ministère de la Culture a commencé une campagne qui durera jusqu’au 18 septembre au large de Dunkerque. Il s’agit de procéder à l’évaluation archéologique des sols marins en amont de deux projets : Gridlink (une interconnexion électrique privée entre la France et le Royaume-Uni) et le raccordement électrique par RTE du futur parc éolien de Dunkerque.

Ce type de campagne a déjà été mené par le DRASSM sur les futurs parcs éoliens issus du premier et deuxième appels d’offres français pour lesquels une méthodologie a été mis en place. Dans un premier temps, le DRASSM analyse les données géophysiques fournies par l’aménageur, acquises selon un protocole précis à l’aide d’un sonar et d’un magnétomètre, et ce faisant identifie des anomalies qui peuvent être d’origine humaine. Ensuite, il procède à une expertise visuelle de ces anomalies, soit à l’aide d’un robot sous-marin, soit en plongée. Si l’expertise révèle la présence d’un élément patrimonial important, le DRASSM peut demander à l’aménageur de respecter un rayon d’évitement autour de ces vestiges. Si l’aménageur ne peut pas répondre favorablement à cette demande, il demeure possible de prélever l’élément, s’il s’agit d’un objet isolé (ancre, canon, etc.), en vue de le conserver, ou de procéder à une fouille archéologique.

Les opérations d’évaluation archéologique conduites par le DRASSM depuis 2014 ont permis de localiser de nouveaux sites (tumulus de lest d’un navire des XIX-XXème siècles au large de Noirmoutier), de préciser l’étendue d’épaves déjà connues (SS Fort Norfolk au large de Courseulles-sur-Mer, épaves de navires de commerce au large de Fécamp) et d’identifier des objets isolés (ancres, hélice, safran, protection d’affût de canon, chaussée de débarquement, possibles restes d’un aéronef, etc.). Une ancre en pierre antique, découverte au large de Noirmoutier, a quant à elle été prélevée et une seconde ancre métallique datée des XVI-XVIIème siècles sera prochainement remise au jour, restaurée et mise en valeur. De nombreuses munitions de la seconde guerre mondiale ont également été localisées et signalées aux autorités en vue de leur destruction.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

- Voir notre reportage à bord lors de la campagne de Yeu-Noirmoutier

 

 

Port de Dunkerque