Défense
Lanvéoc : La médicalisation du secours en mer

Reportage

Lanvéoc : La médicalisation du secours en mer

Défense

Depuis plusieurs années, la médicalisation du secours en mer est devenue une véritable spécialité sur la base d'aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic. 365 jours par an et 24H/24, médecins et infirmiers se tiennent prêts, à la moindre alerte, à rejoindre les hélicoptères des flottilles 32F ou 35F, chargés de porter secours à des personnes en difficulté au large de la Bretagne. La BAN compte, actuellement, 4 médecins et 8 infirmiers, dépendant tous du Service de Santé des Armées. En plus de la médecine générale et des visites au profit des personnels de la base, ces militaires embarquent avec les hélicoptères lorsqu'une évacuation médicalisée est décidée. On appelle cela les missions de SAR (Search and Rescue) médicalisé. Le jour, les équipes d'alerte peuvent décoller en 12 minutes et, la nuit, en 24 minutes. Cette rapidité d'action est primordiale pour pouvoir prendre en charge le plus rapidement possible les patients, qui attendent les secours en pleine mer. Ces interventions nécessitent un véritable savoir-faire car elles n'ont pas grand-chose à voir, dans la pratique, avec celles menées à terre par les services d'urgence des hôpitaux. « Quand un pêcheur fait un infarctus à 180 nautiques de côtes, sur un chalutier de 18 mètres et avec des creux de 6 mètres, c'est plus compliqué qu'un infarctus dans une villa à Brest. Nous n'avons pas le confort d'une ambulance et, être treuillé sur un bateau, ce n'est pas un sport de masse », explique le médecin major Christophe Bombert, qui achève près de 5 ans de service à Lanvéoc.

Evacuation sur un chalutier (© : MARINE NATIONALE)
Evacuation sur un chalutier (© : MARINE NATIONALE)

Evacuation sur un chalutier (© : MARINE NATIONALE)
Evacuation sur un chalutier (© : MARINE NATIONALE)

Médecin et pilote

Il faut également composer a

Aéronautique navale | Toute l'actualité des aéronefs et flottilles de la marine