Marine Marchande
L’Arctic Sunrise de Greenpeace fait demi-tour devant les garde-côtes russes

Actualité

L’Arctic Sunrise de Greenpeace fait demi-tour devant les garde-côtes russes

Marine Marchande
Il n’aura pas réussi à rester longtemps en mer de Kara, à l’entrée du passage du Nord-Est. L’Arctic Sunrise, navire brise-glace de Greenpeace, est arrivé samedi dernier dans la zone, où sont actuellement menées des opérations de prospections pétrolières pour le compte des groupes russe Rosneft et américain ExxonMobil. L’organisation non gouvernementale a lancé cette année une campagne pour la préservation de l’Arctique et multiplie les actions dans la zone du grand Nord. Déjà au printemps, des militants étaient montés à bord de plateforme pétrolières en mer de Barents. 
Mais l’opération visant le navire sismique  Geolog Dmitri Nalivkine, que des militants avaient encerclé avec des embarcations pneumatiques, a tourné court hier matin avec l’intervention, visiblement musclée des garde-côtes russes. « Après être montés à bord de l'Arctic Sunrise, les garde-côtes ont réitéré leur position selon laquelle le bateau était entré illégalement par la route maritime du nord, ce que conteste Greenpeace. Les garde-côtes ont averti qu'ils utiliseraient la force si nécessaire, y compris en ouvrant le feu sur le bateau, si l'Arctic Sunrise ne partait pas », explique Greenpeace. L’ONG indique cependant que le navire va rester dans la zone pour continuer à protester contre les forages pétroliers en Arctique.
 
Greenpeace Arctique et Antarctique