Défense
L'Argentine pourrait reprendre les Super Etendard français

Actualité

L'Argentine pourrait reprendre les Super Etendard français

Défense

Un transfert éventuel de Super Etendard Modernisés vers l'Argentine est en cours d'étude au ministère de la Défense. La cession de cellules et d'équipements de SEM pourrait intervenir à l'horizon 2015, date programmée du retrait du service de l'appareil français, dont le remplacement, au sein de l'aéronautique navale, est assuré par le Rafale. La cession éventuelle dépendra, néanmoins, du potentiel encore disponible au moment du retrait des SEM, toujours soumis au calendrier de livraison des Rafale. Si un accord est signé entre la France et l'Argentine, il ne s'agira à priori pas de transférer des avions destinés à voler aux couleurs de l'aéronavale argentine. « La vente des avions ou des pièces en stock servirait seulement à assurer la modernisation des Super Etendard argentins », explique-t-on de source militaire.
C'est en 1979 que l'Argentine a commandé 14 Super Etendard, 5 étant livrés avant le conflit des Malouines et les autres après la fin des hostilités avec la Grande-Bretagne. Pouvant être mis en oeuvre depuis le porte-avions 25 de Mayo, les appareils, dont 11 sont encore en service, sont aujourd'hui basés à terre (le bâtiment a été désarmé en 1997). Utilisant le même avion, les marines française et argentine entretiennent des relations régulières. Ainsi, très récemment, des pilotes argentins sont venus s'entrainer à Landivisiau, où ils ont pu apprécier l'évolution de l'appareil.

 Un Super Etendard Argentin (© : MARTIN OTERO)
Un Super Etendard Argentin (© : MARTIN OTERO)

Du Super Etendard au SEM

Conçu par Dassault Aviation, le Super Etendard a effectué son premier vol en 1974. Mis en service quatre ans plus tard, il a été commandé à 74 exemplaires par la Marine nationale. Depuis qu'il est opérationnel, l'appareil a bénéficié de nombreuses modernisations, lui permettant de demeurer un avion redoutable et extrêmement polyvalent (plus de 45 configurations). Entre 1991 et 1998, 54 Super Etendard ont été modernisés, avec un radar Anémone, une nacelle laser Atlis, un détecteur Sherloc, un brouilleur Barracuda et des leurres Alka et Phimat. Cette modernisation s'est prolongée avec la désignation laser de jour (standard 3 en 1997) pour les missiles AS-30 Laser et l'extension du guidage laser à des bombes 125 et 250 Kg (standard 4 en 2000). La même année, quatre SEM ont été livrés à la marine dans une version reconnaissance, afin de remplacer les Etendard IV P. A la lumière des dernières grandes opérations auxquelles a participé l'aéronautique navale, un nouveau programme d'évolution a été lancé en 2003, pour une mise en ligne de 25 appareils à partir de 2008. Le Standard 5 permet de renforcer les capacités opérationnelles de nuit et d'utiliser à la fois le GPS et le laser pour désigner les objectifs. L'avion illumine sa cible avec ces deux moyens, la priorité étant donnée au laser, avec une précision de l'ordre de quelques mètres. Cette modernisation doit permettre au SEM de voler, au moins, jusqu'en 2015.

Aéronavale Marine nationale