Marine Marchande

Actualité

L’armée égyptienne assure qu’elle protègera le canal de Suez

Alors que la situation demeure très inquiétante en Egypte, où des émeutes ont fait plusieurs dizaines de morts depuis jeudi dernier, les militaires sont sortis hier de leur réserve. L’état major de l’armée égyptienne a fait savoir, dans un communiqué, que les sites stratégiques du pays, à commencer par le canal de Suez, seraient protégés. Des mesures de sécurité supplémentaires ont d’ailleurs été prises pour assurer la libre navigation dans ce passage stratégique pour le commence mondial.

Le chef d'état-major de l'armée égyptienne, Abdel Fattah, s’est montré très préoccupé quant à la crise traversée actuellement par l’Egypte : « La poursuite du conflit entre les forces politiques sur la marche de l’Etat risqu(e) de conduire à l’effondrement de l’Etat », a-t-il déclaré, assurant que l’armée demeurerait un « bloc solide », un socle sur lequel «reposent les fondations de l’Etat ».

Pour mémoire, le président Mohammed Morsi a décrété dimanche dernier l’état d’urgence à Suez, Port Saïd et Ismaïlia, suite aux heurts qui ont éclaté après la condamnation à mort de 21 personnes accusées d’avoir participé à des violences ayant entrainé le décès de 74 personnes (dont des supporters du club de football du Caire) en février 2012 à Port Saïd. L’état d’urgence n’a, toutefois, pas été respecté et des affrontements meurtriers opposent depuis la police aux émeutiers.

Dans ces conditions, l’inquiétude grandit devant les troubles secouant cette région au cœur de laquelle débouche l’une des deux extrémités du canal de Suez. Passage incontournable pour des milliers de navires de commerce, notamment les porte-conteneurs reliant l’Asie et l’Europe, l’ouvrage, qui permet de relier la mer Rouge à l’océan Indien, constitue aussi l’une des principales sources de devises de l’économie égyptienne, avec quelques 5 milliards de droits de passage récoltés auprès des 10 à 15.000 navires l’empruntant chaque année.

En dehors du transit par le canal de Suez, qui n’est donc pas touché par le climat de violence sévissant actuellement en Egypte, il semble qu’il en est de même pour l’activité portuaire, notamment à Port Saïd. C’est en tout cas ce qu’on affirmait hier chez un armateur opérant sur place.

Divers marine marchande