Construction Navale

Actualité

L'Astrolabe baptisé à Concarneau

Construction Navale
Science et Environnement
Défense

23 mois seulement après sa commande, le patrouilleur polaire L’Astrolabe a été baptisé hier au chantier Piriou de Concarneau, qu’il va quitter dès aujourd’hui pour rallier Brest. Long de 72 mètres et affichant un déplacement de 2600 tonnes, il remplace deux navires à la fois. D’abord l’ancien ravitailleur L’Astrolabe, construit en 1986, armé par P&O et géré l’Institut Polaire Paul-Emile Victor (IPEV) pour assurer durant l’été austral (octobre à mars) le soutien logistique des bases antarctique Dumont d’Urville et Concordia. Ensuite, l’Albatros, ancien chalutier construit en 1967, repris par la Marine nationale en 1983 et converti en patrouilleur. Il a assuré jusqu’en 2016 la surveillance des eaux des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

Pour assurer la succession de ces deux bateaux, les différents acteurs sont parvenus à s’entendre pour mutualiser leurs besoins et aboutir à une plateforme polyvalente unique en son genre. Propriété des TAAF, L’Astrolabe sera armé par la Marine nationale et effectuera la majeure partie de l’année, à partir de La Réunion, des missions de surveillance et de protection des ZEE françaises en océan Indien et dans l’océan Austral. En parallèle, il sera  exploité plus de 120 jours par an au profit de l’IPEV pour le ravitaillement des bases antarctiques, cette fois au départ d’Hobart, en Tasmanie, comme le faisait son prédécesseur.

 

(© PIRIOU)

 

Avec une première mission à l’assaut des glaces prévue dès le mois d’octobre. D’ici là, le patrouilleur polaire, à bord duquel se relaieront deux équipages de la Marine nationale afin d’augmenter le nombre de jours à la mer, va gagner Brest, où il arrivera dès ce jeudi. Il va passer un mois à la pointe Bretagne pour recevoir notamment des équipements militaire, notamment son armement (des mitrailleuses de 12.7mm), effectuer des tests et poursuivre la formation du personnel. Puis, dès la mi-août, L’Astrolabe mettra le cap vers La Réunion, où il arrivera en septembre au terme d’un transit effectué par un équipage de conduite de Navocean (filiale de Piriou et DCI), qui a effectué les essais en mer. La présence du bâtiment à Port des Galets sera là aussi de courte durée. En effet, après sa livraison officielle à la marine et sa prise en main par son premier équipage, emmené par le capitaine de frégate Céline Tuccelli, il partira rapidement vers l’Australie afin d’effectuer la première rotation hivernale vers Dumont d’Urville.

A noter que la cérémonie de baptême s’est déroulée hier en présence d’Annick Girardin, ministre des Outre-mer, Cécile Pozzo di Borgo, préfet administrateur supérieur des TAAF et marraine navire, Yves Frenot, directeur de l’IPEV et le vice-amiral d’escadre Denis Béraud, major général de la Marine.

 

Cécile Pozzo di Borgo lançant la bouteille de champagne (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

(© PIRIOU)