Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

L’Astrolabe est arrivé à La Réunion

Défense
Science et Environnement

Salué par 17 coups de canons tiré par la frégate de surveillance Floréal et également accueilli par le Marion Dufresne et les jets d'eau du remorqueur VB Volcan, le patrouilleur polaire L’Astrolabe est arrivé hier à la base navale de Port-des-Galets, à La Réunion. C’est là qu’il va être officiellement livré à son propriétaire, l’administration des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), son armement étant assuré par la Marine nationale.

Réalisé par le chantier Piriou de Concarneau, L’Astrolabe avait quitté Brest le 12 août et a fait le trajet sans escale jusqu’à La Réunion, via le détroit de Gibraltar et le canal de Suez.

 

 

 

(© PATRICK SORBY)

(© PATRICK SORBY)

 

 

(© PATRICK SORBY)

(© PATRICK SORBY)

 

 

Ce nouveau bâtiment a une double vocation. Il va d’abord succéder à l’ancien supply dont il a repris le nom et qui a assuré pendant 32 ans, jusqu’à l’hiver dernier, le soutien logistique des bases scientifiques Dumont d’Urville et Concordia en Antarctique. Pendant l’hiver austral (octobre à mars), il réalisera depuis le port australien d’Hobart, en Tasmanie, quatre à cinq rotations vers le continent blanc. Elles permettent d’acheminer le matériel, les vivres et le carburant indispensables au fonctionnement des stations polaires, tout en assurant les relèves du personnel scientifique et technique.

Le reste de l’année, L’Astrolabe accomplira des missions de souveraineté, en patrouillant notamment dans les zones économiques exclusives françaises de l’océan Austral et en océan Indien. Il succèdera dans cette fonction au patrouilleur Albatros, désarmé l’an dernier. En dehors des missions classiques de surveillance, de police des pêches, de lutte contre les trafics ou encore d’assistance et de sauvetage de navires en difficulté, le nouveau bâtiment, grâce à ses importantes capacités logistiques, pourra également projeter des moyens militaires et assurer des opérations humanitaires.  

Armé par une vingtaine de marins et pouvant accueillir 60 personnes à son bord, L’Astrolabe est le plus gros navire basé Outre-mer qu’arme la Marine nationale. Equipé d’une coque renforcée et d’une étrave brise-glace pour franchir le pack, c’est-à-dire la banquise et les plaques de glace dérivantes lors de ses missions polaires, il mesure 72 mètres de long pour une largeur de 16 mètres, son déplacement atteignant 4300 tonnes en charge.  L'Astrolabe est mis en oeuvre par deux équipage, le A conduit par le capitaine de frégate François Trystram, est arrivé avec le bateau à La Réunion et va être relevé par le B, commandé par le CF Céline Tuccelli. 

- Voir notre reportage complet à bord de L'Astrolabe

 

Marine nationale TAAF