Construction Navale
ABONNÉS

Actualité

L’Astrolabe : L'achèvement se poursuit à Concarneau

Construction Navale
Défense
Science et Environnement

L’achèvement du nouveau patrouilleur polaire français se poursuit au chantier Piriou de Concarneau. Electricité, machines, équipements de pont, navigation, aménagement des locaux vie et des espaces techniques… les équipes du constructeur breton et de ses sous-traitants s’activent pour achever L’Astrolabe, dont la livraison est prévue cet été. Pour mémoire, la coque du navire, fabriquée par le chantier polonais Crist, a été remorquée à Concarneau, où elle est arrivée le 18 janvier.

Début juillet, il devrait mettre le cap sur Brest où il va recevoir son matériel militaire. Il reviendra courant août à Concarneau pour les derniers essais en mer avant de mettre le cap sur la Réunion. Le transit sera effectué par un équipage Navocéan, filiale de Piriou et DCI, qui arme notamment le bâtiment école Almak. L'Astrolabe sera ensuite officiellement livré aux TAAF fin septembre.

 

L'Astrolabe à Concarneau mi-avril (© FABIEN DUFOUR)

 

D’un coût de 50 millions d’euros, le bâtiment, d’une longueur de 72 mètres pour une largeur de 16 mètres, est réalisé dans le cadre du programme Polar Logistic Vessel (PLV). Il remplacera le patrouilleur austral Albatros de la Marine nationale, retiré du service en 2016, ainsi que le navire logistique dont il va reprendre le nom, affrété auprès de P&O et qui assurait depuis 1988, au départ d'Hobart (Tasmanie), le ravitaillement des bases antarctiques françaises pendant l'été austral (le navire a été récemment vendu à une ONG). 

 

L'Astrolabe à Concarneau mi-avril (© FABIEN DUFOUR)

 

Propriété de l’administration des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), le nouvel Astrolabe sera armé par deux équipages de la Marine nationale, qui se relaieront à bord afin d’augmenter l'utilisation du navire. Le patrouilleur polaire effectuera des missions à la fois régaliennes (surveillance des zones économiques exclusives françaises de l’océan Indien) et logistiques au profit des TAAF et de l’Institut Polaire Paul-Emile-Victor (ravitaillement des bases antarctiques de Dumont d’Urville et Concordia notamment).

L’Astrolabe pourra accueillir jusqu’à 60 personnes, transporter 1200 tonnes de fret et embarquer un hélicoptère. Il est doté d’une coque brise-glace afin de pouvoir évoluer jusqu’en Antarctique à travers le « pack », c'est-à-dire la banquise ou des plaques de glace dérivantes.

 

Piriou TAAF