Défense
L'Astrolabe va pouvoir reprendre ses rotations vers l'Antarctique

Actualité

L'Astrolabe va pouvoir reprendre ses rotations vers l'Antarctique

Défense

Le patrouilleur polaire L'Astrolabe, propriété des Terres Australes et Antarctiques Françaises et armé par la Marine nationale, a quitté le chantier BAE Systems de Fremantle le 5 décembre. Il y est resté un peu moins d'un mois pour un changement de paliers de ligne d'arbre. Il devrait rejoindre Hobart, en Tasmanie,  le 12 janvier, où il est attendu par les logisticiens de l'Institut Polaire Paul-Emile Victor. Ces derniers, en charge de toute la logistique des bases antarctiques de Dumont d'Urville et Concordia, prévoient d'organiser trois rotations plus courtes qu'à l'accoutumée pour essayer d'amener le maximum de ravitaillement. Pour mémoire, l'avarie de L'Astrolabe, découverte en novembre, a fortement bousculé le calendrier des rotations vers l'Antarctique. Solidaire, l'Australian Antarctic Division a mis à disposition son brise-glace Aurora Australis qui a pu effectuer une tournée de ravitaillement des bases françaises en décembre. Le calendrier de ces trois dernières courtes rotations n'est pas encore définitif, mais L'Astrolabe devrait réappareiller d'Hobart le 14 ou le 15 janvier.

L'Astrolabe a été livré en 2017 par les chantiers Piriou. D'une longueur de 72 mètres, il dispose d'une classe Icebreaker 5 (classification du Bureau Veritas correspondant à une capacité de franchissement de glace de première année épaisse de 1,2 mètre en été et de 1 mètre en hiver à une vitesse de 5.5 nœuds). 245 jours par an, il est utilisé par la Marine nationale pour des missions de souveraineté et de lutte contre la pêche illicite dans l'océan austral. 120 jours par an, il est dédié au soutien logistique des bases antarctiques.

Marine nationale Piriou Arctique et Antarctique TAAF