Défense
L’Australie laisse tomber les sous-marins français au profit de SNA américains

Actualité

L’Australie laisse tomber les sous-marins français au profit de SNA américains

Défense

Le fameux « contrat du siècle » décroché en 2016 par Naval Group auprès de l’Australie pour la co-conception et la construction à Adelaide de douze sous-marins océaniques est tombé à l’eau. Un projet sacrifié par Canberra sur l’autel d’une grande alliance anglo-saxonne avec Washington et Londres, qui ont saboté dans le plus grand secret les accords franco-australiens signés il y a cinq ans.

Une alliance face à Pékin

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie ont annoncé cette nuit avoir conclu un pacte de coopération et de sécurité tripartite, qui a clairement pour but de faire face à la montée en puissance économique, technologique et militaire de la Chine, même si celle-ci n’est jamais citée nommément. « Nos trois nations s’engagent à renforcer notre partenariat global pour travailler à la sécurité de nos peuples, pour la paix et la stabilité de l’Indopacifique », a indiqué la vidéo de présentation de ce partenariat stratégique baptisé « AUKUS » (AUstralia, United Kingdom, United States). Un message d’introduction où il est intéressant de noter qu’il débute en expliquant que le premier point commun des trois nations est qu’elles sont des « démocraties maritimes unies par de vastes océans entre trois continents ». C’est le retour clairement affiché des thalassocraties, dont la puissance réside dans la maîtrise des mers. A suivi une intervention conjointe publique, en visioconférence, du président américain Joe Biden, du premier ministre britannique Boris Johnson et du premier ministre australien Scott Morrison. C’est ce dernier qui a pris la parole en premier, expliquant que ce partenariat allait permettre aux scientifiques, industriels et forces armées des trois pays de travailler ensemble pour rendre l’Indopacifique plus sûr, en coopération avec leurs alliés dans la région. Au-delà des opérations, l’objectif affiché par Washington, Londres et Canberra est d’œuvrer de concert pour conserver une supériorité technologique, en particulier, a précisé Joe Biden, dans le cyber, l’intelligence artificielle, les technologies quantiques et le domaine sous-marin. Et d’annoncer le premier grand projet de cette alliance : permettre à la Royal Australian Navy (RAN) d’acquérir des sous-marins d’attaque à propulsion

Naval Group | Actualité industrie navale de défense Marine australienne | Actualité de la Royal Australian Navy