Pêche

Fil info

L'avenir de la pêche artisanale au Comité des Régions

Pêche

L’avenir de la pêche artisanale était aujourd’hui le thème principal d’une table ronde organisée par la commission NAT du Comité européen des régions. Les responsables locaux et régionaux ont souligné l’importance de l’économie bleue pour la croissance et l’emploi, et appelé de leurs vœux un plan global et inclusif en faveur de son développement au niveau local et régional, prévoyant notamment des dispositions spéciales de soutien à la petite pêche côtière.
 
Le débat était organisé par la commission NAT du CdR en vue de discuter avec les législateurs, les parties prenantes et les pêcheurs des options stratégiques en faveur de la renaissance des petites communautés vivant de la pêche, dans un contexte marqué par le déclin de la pêche artisanale. Les débats ont mis en exergue le besoin de disposer d’un plan global et inclusif en faveur du développement de l’économie bleue à l’échelon local et régional. Selon les responsables de ce niveau de gouvernement, un tel plan devrait comporter des dispositions spéciales visant à soutenir la petite pêche côtière étant donné le rôle essentiel que celle-ci joue dans les écosystèmes économiques locaux. L’attention a également été attirée sur l’expertise des régions d’Europe dans des domaines tels que la petite pêche, une expertise qu’il y a lieu de partager pour le bénéfice de tous.
 
Les dirigeants locaux et régionaux ont invité la Commission européenne et les États membres à envisager des mesures permettant d’empêcher le déclin de la pêche artisanale. Les membres du CdR estiment que toutes les options disponibles en matière de politique et de financement dans le cadre du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) devraient être utilisées pour soutenir la petite pêche. Emily Westley (GB/PS), rapporteure du CdR sur les mesures techniques, a mis en évidence l’importance d’une approche commune, fondée sur la confiance entre toutes les parties prenantes, de même que la nécessité d’assurer l’adhésion des opérateurs aux nouvelles mesures proposées dans le cadre de la nouvelle Politique commune de la pêche (PCP).
 
Pour Nathalie Sarrabezolles, Présidente du Conseil départemental du Finistère et membre du CdR "La pêche artisanale est bien présente, bien vivante sur nos territoires côtiers. Il est important de trouver collectivement les moyens de lui permettre d'exister et de se développer en adoptant des principes équitables et harmonisés".
 
Les responsables locaux et régionaux ont insisté sur l’importance que revêt la pêche artisanale pour les communautés côtières dans toute l’Europe. Non seulement la pêche artisanale garantit un approvisionnement en poisson frais, mais elle attire aussi les touristes et contribue à atténuer l’impact de la saisonnalité du tourisme en créant des emplois au niveau local dans des régions isolées, souvent confrontées à des difficultés économiques. La pêche artisanale côtière crée un nombre d’emplois exceptionnellement élevé par rapport à sa puissance financière, et la plupart d’entre eux sont exercés dans le cadre d’entreprises familiales. La pêche artisanale constitue un pan indispensable de l’économie locale tout particulièrement du point de vue du tourisme, un secteur dont l’importance ne cesse de croître pour les régions côtières.
 
Au cours du débat, le rôle du développement local mené par les acteurs locaux (CLLD) a ainsi été souligné par Ruža Tomašić (Croatie), députée européenne, membre de la commission PECH et rapporteure sur l’innovation et la diversification de la petite pêche côtière. Mme Tomašić a plaidé avec force en faveur d'un soutien à la pêche artisanale dans toute l’Europe.
 
Parmi les différentes parties prenantes participant à la réunion figurait une délégation de représentants des Groupes d’action locale pêche (GALP) et des Groupes d'action local LEADER (GAL) de Croatie, un pays où la pêche commerciale est représentée principalement par la petite pêche côtière.

Communiqué du CdR, 28/06/16