Défense
L'aviso Commandant Birot mis à nu

Actualité

L'aviso Commandant Birot mis à nu

Défense

Tourelle et divers équipements débarqués... Dans la base de Toulon, l'aviso Commandant Birot a des allures de navire désarmé. Ce n'est toutefois pas le cas. Le bâtiment a débuté le 25 mars une indisponibilité pour entretien de 11 semaines. « Dans le cadre du recouvrement de toute la disponibilité des installations et d'une meilleure connaissance de la stabilité du bâtiment, différents essais ont déjà été menés : expérience de stabilité et essais de l'installation d'arrosage en pluie », précise l'équipage sur le blog du Birot. « Ces tests ont permis de réaliser différentes mesures afin d'établir les limites de stabilité du bateau (en fonction de la répartition des masses, de l'état de la mer, du vent, etc...), alors que les essais d'arrosage en pluie permettent de vérifier si le bateau peut "s'arroser lui-même" pour se protéger des menaces Nucléaire, Bactériologique ou Chimique (attaque NBC) ».
A quai pour un peu plus de deux mois, l'aviso va subir un entretien méticuleux de la part des équipes de DCNS et de ses sous-traitants. Le canon de 100 mm sera notamment changé. A l'issue de ces travaux et d'une période de remise à niveau opérationnel, le bâtiment sera fin près pour partir en océan Indien fin juillet.
Long de 80 mètres pour un déplacement de 1100 tonnes, le Birot fait partie des 17 avisos de la classe A69. Neuf de ces navires sont encore en service dans la marine. Conçus pour la lutte anti-sous-marine côtière, ils assurent des missions très variées, de la sauvegarde maritime à la lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue. Capables de mener des missions de lutte antinavire grâce à leurs missiles Exocet, les avisos ont également été chargés, cet hiver, d'assurer la protection des convois humanitaires du PAM, transférés par voie maritime en Somalie. Les 9 avisos, tout comme les 9 frégates ASM, doivent être remplacés par les frégates multi-missions (FREMM).

Marine nationale