Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

LCS : Le programme de nouveau menacé

Défense

Après un répit d'un an, la bataille autour du programme des Littoral Combat Ships (LCS) s’est de nouveau engagée aux Etats-Unis. Le 14 décembre, le secrétaire à la Défense américain, Ashton Carter, a demandé au secrétaire à la Marine, Ray Mabus, d’étudier la réduction du programme de 52 à seulement 40 unités, et de faire un choix à partir de l’année fiscale 2019 entre les deux modèles actuellement produits (Freedom par Lockheed Martin et Fincantieri Marine Group d’un côté et Independence avec General Dynamics et Austal de l’autre). L’objectif est, semble-t-il, de dégager des marges de manœuvres financières pour abonder d’autres programmes, notamment des avions et missiles.

Pour l’heure, aucune décision n’a été prise et d’âpres négociations se poursuivent entre administrations, militaires et industriels, ces derniers ayant reçu de nombreux soutiens politiques.

 

Les USS Freedom et USS Independence (© : US NAVY)

Les USS Freedom et USS Independence (© : US NAVY)

 

L’objectif d’une flotte de 308 bâtiments

Alors que l’US Navy est de plus en plus sollicitée et que les zones de crise se démultiplient, la flotte, qui compte actuellement 282 unités, souhaite remonter ses effectifs à 308 bâtiments. Or, souligne Ray Mabus, « réduire la commande de LCS à 40 navires seulement fera des 308 bâtiments pour l’US Navy un objectif impossible à atteindre puisque les seules alternatives aux LCS seront beaucoup plus coûteuses à produire et entretenir ».

Ne pas obérer les gains liés à l’effet de série

En clair, pas question de réaliser d’autres bateaux pour atteindre le format souhaité par la flotte américaine, hypothèse qui serait à terme encore plus lourde financièrement. D’autant que la marine mise sur l’effet de série et la montée en puissance industrielle du programme pour réduire les coûts. Déjà, le prix unitaire des bâtiments a significativement baissé, revenant à environ 400 millions de dollars par bateau, presque moitié moins qu’au début. Or, toute réduction ou étalement du programme entrainerait forcément des surcoûts par rapport aux prévisions.

 

LCS du type Independence au chantier de Mobile (© : AUSTAL)

LCS du type Independence au chantier de Mobile (© : AUSTAL)

 

29 milliards de dollars pour 32 LCS

L’an dernier, les dernières prévisions budgétaires de l’US Navy faisaient état d’un investissement global de 29 milliards de dollars pour 32 LCS, dont 7.5 milliards pour les modules de missions équipant ces bâtiments, qui peuvent ainsi être reconfiguré et dotés d'équipements spécifiques en fonction de leur emploi (lutte antinavire, ASM, guerre des mines...). Un coût qui intégrait aussi l’évolution des futurs bâtiments construits vers des plateformes plus robustes et mieux équipées. Ce projet, appelé Small Surface Combatant, avait été annoncé par Ray Mabus fin 2014. Le secrétaire à la Marine était alors parvenu à sauver le format du programme LCS, que le Pentagone voulait réduire à 32 unités quelques mois plus tôt.

Pour l’heure, les industriels continuent de travailler sur les commandes signées en 2010, chaque constructeur devant réaliser dans ce cadre 10 LCS, ce qui emmène le plan de charge des chantiers de Mobile (Austal) et Marinette Marine (FMG) jusqu’à la fin de la décennie. 

US Navy / USCG