Marine Marchande
LDA choisit BIO-UV pour le traitement de ses eaux de ballast

Actualité

LDA choisit BIO-UV pour le traitement de ses eaux de ballast

Marine Marchande

Comme nous vous l’annoncions le mois dernier, le roulier Ciudad de Cadiz, exploité par LD Seaplane, filiale de Louis Dreyfus Armateurs, va être équipé d’un système de traitement d’eaux de ballast BIO-SEA. Ce dernier est produit par la société BIO-UV, qui a annoncé la signature d’un contrat avec LDA pour la fournir d’une unité capable de traiter 300 m3 par heure. Pour mémoire, il associe deux technologies : mécanique et ultraviolet.

 

Un système BIO-SEA (© BIO-UV)

Un système BIO-SEA (© BIO-UV)

 

Long de 123 mètres pour une largeur de 20 mètres, le Ciudad de Cadiz a été livré en 2009 par le chantier ST Marine de Singapour. Il est spécialement conçu pour le transport de pièces d’avions fabriquées par Airbus. Son immense garage étant dimensionné pour pouvoir accueillir les ailes ou le fuselage d’un A380.

 

Le Ciudad de Cadiz à Brest (© MICHEL FLOCH)

Le Ciudad de Cadiz à Brest (© MICHEL FLOCH)

 

Avec ce roulier, BIO-UV signe son 6ème contrat avec LDA. Entre-temps, l’équipementier s’était mis d’accord avec l’armateur pour équiper ses futurs navires de service à l’éolien offshore, les Wind of Change et son sister-ship. Cela concerne l’installation de deux BIO-SEA B01-0150.

 

Image de synthèse du Wind of Change (© SALT SHIP DESIGN)

Image de synthèse du Wind of Change (© SALT SHIP DESIGN)

 

Dessinés par le cabinet norvégien Salt Ship Design, les deux navires vont mesurer 83 mètres de long pour 19.4 mètres de large, avec un tirant d’eau de 7 mètres. Équipés d’un système DP2, ils pourront accueillir 90 personnes, dont 60 techniciens de maintenance. Ils pourront accéder aux éoliennes par une passerelle à compensation de mouvements d’une portée d’environ 19 mètres. Ils doivent être livrés par le chantier turc CEMRE en 2019 et 2021. Destinés au soutien éolien offshore pour le groupe danois Ørsted (ex-Dong Energy Power), ils travailleront sur les champs Borkum Riffgrund 1&2 et Gode Wind 1&2, au nord de l’Allemagne

Un marché qui s’ouvre outre-Atlantique

Depuis juin, BIO-UV dispose d’une approbation de l’US Coast Guard pour son système de traitement. Cela lui permet de prétendre au marché nord-américain, notamment en ce qui concerne l’eau douce. C’est ainsi que la compagnie va fournir un BIO-SEA BO6-0750 au canadien McAsphalt pour une barge de 123 mètres de long, la John. J Carrick. Celle-ci opère sur les Grands Lacs. Pour Xavier Deval, directeur commercial de BIO-UV, le système dispose d’un atout important : «  C’est le seul à pouvoir rejeter directement l’eau douce dépolluée. Sur d’autres systèmes, on doit attendre jusqu’à 72 heures une fois le traitement terminé. Cela présente un réel avantage commercial et opérationnel pour les navires opérant sur les Grands Lacs ».

 

Louis Dreyfus Armateurs