Energies Marines
LDA : le Wind of Pride sur le champ de Saint-Brieuc

Actualité

LDA : le Wind of Pride sur le champ de Saint-Brieuc

Energies Marines

Le Wind of Pride de Louis Dreyfus Armateurs est en opération sur le site du futur champ éolien de Saint-Brieuc, développé par Ailes Marines. Il participe à des études Uxo, d’identification et de neutralisation d’éventuels explosifs de la Seconde guerre mondiale. Pour rappel, le Wind of Pride, navire polyvalent et multi-services de 80 mètres de long pour 18 de large et un port en lourd de 3500 tonnes, est l’ex-Toisa Voyager, racheté lors de la vente des actifs de Toisa Offshore.

 

(Relève d'équipage à Saint Malo. ©  AILES MARINES)

(Relève d'équipage à Saint Malo. ©  AILES MARINES)

 

Par ailleurs, les tests de forage sur trois futurs emplacements d’éoliennes ont débuté sur zone et doivent se dérouler pendant le mois de septembre. Ils sont menés par le Bokalift 1 de Boskalis affrété par Van Oord, au large d’Erquy. C’est un imposant navire DP2 d’installation d’éoliennes de 217 mètres de long pour 43 de large équipé d’une grue pivotante d’une capacité de levage de 4000 tonnes pour soulever les différents éléments des éoliennes. Il semble qu’il soit accompagné dans ces travaux du TSM Kermor de Thomas Services Maritimes. Ces tests visent à optimiser les futurs travaux de construction et à limiter les impacts environnementaux. Il s’agit notamment d’éviter les nuisances sonores sous-marines, l’idée étant de favoriser le forage plutôt que le battage des pieux dans le fond marin.

A terre, devant la résistance des pêcheurs de Saint-Quay-Portrieux, une base provisoire doit être installée à Lézardrieux, même si cela ajoute près d’une heure de trajet en mer. Des travaux pour la construction d'un ponton lourd doivent démarrer prochainement sur la rivière du Trieux qui sera empruntée par un à six bateaux quotidiennement durant la construction. Ils seront pilotés et sous la responsabilité de la mairie et de la communauté de commune. Ailes Marines a démarré de son côté la construction à terre d'un bâtiment de stockage et d'accueil des équipes.

Le champ de Saint-Brieuc doit compter 62 éoliennes Siemens Gamesa SG 8.0-167 DD et fournir près de 500 MW.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.