Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande

Actualité

LDA propose une approche multimissions pour les navires éoliens

Marine Marchande

Le groupe Louis Dreyfus Armateurs vient de confirmer sa percée sur le marché de la servitude à l’éolien offshore en décrochant un deuxième contrat avec l’énergéticien danois Ørsted (ex-Dong Energy). Celui-ci se traduira par la construction d’un navire, sistership du Wind of Change, commandé en 2016. Livrables à la fin de cette année pour le premier et en 2020 pour le second, ces deux bateaux de 83 mètres sont construits dans les chantiers turcs Cemre sur la base d’un design du cabinet norvégien Salt Ship Design. Ils seront tous deux immatriculés au RIF.

L’armateur français ne compte pas s’arrêter là. Il postule déjà pour deux autres appels d’offres en Europe du Nord et envisage également de partir à la conquête de marchés plus lointains. Pour convaincre les opérateurs, LDA veut faire la différence en proposant une approche de services complète, particulièrement adapté aux champs éloignés de la côte. Celle-ci se traduira par des navires avec une bonne autonomie, des moyens de manutention importants ainsi que des annexes capables d’effectuer des transports rapides. De cette manière, les bateaux pourront également, en dehors de leur vocation principale d’entretien des parcs éoliens offshore, effectuer d’autres missions et, ainsi, combler les périodes de baisse d’activité.

Mais cette approche de polyvalence ne se cantonne pas au bateau. « Il s’agit de franchir une étape supplémentaire en matière d’intégration de service. A l’image de ce que nous avons fait sur les câbliers, nous voudrions proposer des équipages polyvalents : nos marins pourraient assurer à la fois la conduite du navire mais également l’entretien des éoliennes », explique Edouard Louis-Dreyfus, président de LDA, dans une interview à paraitre cette semaine dans Mer et Marine. « Ce que nous voulons ici, c’est proposer à nos partenaires des solutions industrielles de long-terme. Quand nous avons travaillé avec Airbus, nous leur avons immédiatement proposé de rajouter des car-decks dans leurs navires rouliers : nous savions, qu’en cas de baisse de cadence des usines aéronautiques, il y avait un marché de transport de voitures qui pouvait remplir les bateaux et éviter des pertes financières. C’est exactement cette même approche - le navire producteur de services - que nous souhaitons proposer aux opérateurs EMR ».

Armé sous pavillon français (RIF), le Wind of Change et sera exploité au profit des champs Borkum Riffgrund 1&2 et Gode Wind 1&2, au nord de l’Allemagne. Son sistership devrait quant à lui travailler pour les nouveaux champs britanniques développés par Ørsted.

Les navires vont mesurer 83 mètres de long pour 19.4 mètres de large, avec un tirant d’eau de 7 mètres. Equipés d’un système DP2, ils pourront accueillir 90 personnes dont 60 techniciens de maintenance. Ceux-ci pourront accéder aux éoliennes par une passerelle à compensation de mouvements d’une portée d’environ 19 mètres.

 

(

(©  SALT SHIP DESIGN)

 

La propulsion principale diesel-électrique sera assurée par quatre groupes semi-rapides MAN 8L21/31. Ce dernier fournira également son système EPROX (Energy Saving Electric Propulsion System), qui va optimiser la charge des groupes et la distribution électrique de la propulsion. Les bateaux vont être équipés pour répondre aux normes Tier III de l’OMI et pourront recevoir le système de réduction catalytique sélective (SCR) pour être en conformité avec les futures normes d’émission d’oxydes d’azote (NOx), qui vont être introduites dans les futures zones spéciales (NECA) de mer Baltique et du Nord à partir de 2021. Dotés d'un système de propulsion hybride, ils vont notamment intégrer un système de distribution Onboard DC Grid d'ABB. Les navires auront ainsi la possibilité d'utiliser des batteries pour optimiser sa consommation.

 

La vedette de servitude Speed of Change (

La vedette de servitude Speed of Change (©  DR)

 

Le Wind of Change mettra en œuvre une vedette de servitude, déjà construite et livrée récemment par le chantier iXblue de La Ciotat. Baptisée Speed of Change, cette unité réalisée en matériaux composites mesure 11.75 mètres de long pour une largeur maximale de 3.7 mètres et un tirant d'eau de 0.85 mètre. Elle assurera notamment le transport de techniciens entre le Wind of Change et les éoliennes en mer. La vedette peut transporter 10 personnes (dont deux membres d'équipage) et une tonne de matériel. Ses dimensions et son poids ont été réduits afin d’être facilement hissée à bord du bateau-mère. Sa structure a été renforcée par des raidisseurs en carbone (l'une des dernières technologies brevetées par le chantier), intégrés dans le pont et les superstructures. Le choix de ce matériau a permis de limiter le poids total du bateau, qui est inférieur à 12 tonnes à pleine charge. La propulsion est assurée par deux IPS 450 Volvo Penta D6 de 330 cv chacun, offrant une vitesse maximale de 28 noeuds. 

 

Louis Dreyfus Armateurs Dossier Energies Marines 2018