Energies Marines
LDA : un premier SOV inauguré à Emden, le second mis en chantier

Actualité

LDA : un premier SOV inauguré à Emden, le second mis en chantier

Energies Marines

Le premier navire de soutien à l’éolien offshore de Louis Dreyfus Armateurs a été inauguré vendredi 17 mai dans le port allemand d’Emden, d’où il va être exploité au profit de l’énergéticien danois Ørsted  (ex-Dong) au profit de quatre champs situés à une cinquantaine de milles au large. Ce SOV (Service Operation Vessel) participera aux opérations de maintenance des 231 éoliennes de ces différents parcs. Avec sur place 97 machines Siemens de 6 MW sur les parcs Gode Wind 1&2, ainsi que 78 Siemens de 4 MW et 56 MHI Vestas de 8 MW pour Borkum Riffgrund 1&2.

 

Malte Hippe, directeur des opérations Europe d'Ørsted ; Edouard Louis-Dreyfus ; Doris Kruse, seconde adjointe du maire d'Emden ; Volker Malmen, directeur général d'Ørsted Wind Power Germany, Heiko Schmelzle, maire de Norden et Sébastien Floc'h, directeur général adjoint de LDA (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Malte Hippe, directeur des opérations Europe d'Ørsted ; Edouard Louis-Dreyfus ; Doris Kruse, seconde adjointe du maire d'Emden ; Volker Malmen, directeur général d'Ørsted Wind Power Germany, Heiko Schmelzle, maire de Norden et Sébastien Floc'h, directeur général adjoint de LDA (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Construit par le chantier turc Cemre sur la base d’un design de Salt Ship, le Wind of Change, armé au Registre International Français (RIF), mesure 83 mètres de long pour 19.4 mètres de large. Equipé d’un système DP2, il peut accueillir jusqu’à 90 personnes. Le transfert de personnel vers les éoliennes se fait au moyen d’une passerelle à compensation de mouvements d’une portée allant jusqu’à 23 mètres, ou via un bateau de travail de 12 mètres spécialement conçu pour cette mission. Pour le transbordement de matériel, le navire est en outre équipé d’une grue à compensation 3D, capable de déposer des charges avec une précision extrême.

 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Le Wind of Change a quitté la Turquie le 27 avril et est arrivé mi-mai en Allemagne, où il a enchainé avec de premiers tests sur les éoliennes et sous-stations électriques qu’il va servir dans le cadre d’un contrat de 5 ans (avec option pour 5 années supplémentaires) signé entre Ørsted  et LDA. Alors que le navire se prépare à sa nouvelle mission, les équipes du client ainsi que celles des turbiniers prenant possession de leur nouvel outil de travail et installant le matériel à bord, les opérations débuteront réellement le 30 mai avec, immédiatement, un bateau à pleine capacité puisque le Wind of Change embarquera en plus de ses 26 membres d’équipage pas moins de 64 techniciens.

 

La direction de LDA et l'équipage du Wind of Change (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La direction de LDA et l'équipage du Wind of Change (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Un second navire du même type, le Wind of Hope, vient de voir sa construction débuter chez Cemre. Il doit être mis en service en avril 2021. Peut-être même avant car le client pourrait en avoir besoin plus tôt. Lui aussi fait l’objet d’un contrat long terme avec Ørsted, cette fois pour de nouveaux parcs éoliens développés par le groupe au Royaume-Uni.

Alors que LDA espère pouvoir construire un autre navire neuf si Ørsted remporte un appel d’offres en cours à Taïwan, l’armateur français, qui mise beaucoup sur le développement de sa nouvelle activité dans les énergies marines renouvelables, a fait en avril l’acquisition du navire de travaux offshore Toisa Voyager, passé au RIF et devenu Wind of Pride. Il va être modifié pour servir de « couteau suisse » à LDA sur des projets EMR, par exemple pour l’assistance à l’installation de câbles de puissance sur les futurs champs éoliens.

 

Louis Dreyfus Armateurs