Défense
Le Batral Dumont d'Urville remplacera le Francis Garnier à Fort-de-France

Actualité

Le Batral Dumont d'Urville remplacera le Francis Garnier à Fort-de-France

Défense

La base martiniquaise de la Marine nationale va connaître d'importants mouvements cette année. Outre l'arrivée de la frégate Germinal et le départ du patrouilleur La Gracieuse, Fort-de-France devrait dire adieu au bâtiment de transport léger Francis Garnier. Initialement prévu en 2009, le désarmement de ce navire, datant de 1974, avait été repoussé suite aux inquiétudes locales concernant la perte de ses capacités. Conçu pour le transport et le débarquement de matériel et de troupes, le Francis Garnier a, en effet, rendu de précieux services ces dernières années, en intervenant notamment sur des opérations humanitaires. La dernière en date fut l'aide aux sinistrés du tremblement de terre qui a ravagé le 12 janvier Haïti. Mais le Francis Garnier, après 36 ans de service, est à bout de souffle et doit regagner la métropole pour y être désarmé. Afin de maintenir une capacité de transport et de débarquement aux Antilles, la Marine nationale envisage, faute d'autre bâtiment disponible, de réaffecter à Fort-de-France le Batral Dumont d'Urville, jusqu'ici basé à Tahiti.

Des marges de manoeuvres qui s'amoindrissent de plus en plus

Cette mesure aura pour conséquence de priver la Polynésie d'une unité dédiée aux opérations amphibies. La marine n'a néanmoins pas le choix, ses bâtiments se faisant de plus en plus rares et leurs successeurs étant toujours attendus. Alors que la série des cinq Batral ne comptera plus fin 2010 que trois unités opérationnelles et que le bâtiment de soutien Bougainville a été prématurément désarmé l'an passé, les remplaçants des Batral ne sont pas attendus avant la fin de la décennie. Il s'agit des bâtiments d'intervention et de souveraintené (BIS). Ce nouveau programme doit être complété par celui des BATSIMAR (bâtiment de surveillance et d'intervention maritime), englobant la succession des P400, de l'Albatros et peut être des avisos. Aucun n'est encore lancé. Espérés pour la prochaine loi de programmation militaire (2015-2020), ces navires ne seraient pas opérationnels avant 2017. D'ici là, les patrouilleurs et Batral seront depuis plus ou moins longtemps retirés du service, ce qui ne sera pas, dans l'attente de l'arrivée des nouveaux bateaux, sans poser des problèmes de capacité.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française