Défense
Premier commandement français pour un groupe naval de l'OTAN

Focus

Premier commandement français pour un groupe naval de l'OTAN

Défense

Le 23 avril, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme, de la Marine nationale, prenait la tête du Standing Nato Mine Countermeasures Group 2 (SNMCMG2), l’un des quatre groupes navals permanents de l’OTAN et l’un des deux spécialisés dans la guerre des mines (les autres, les Standing Nato maritime Groups – SNMG sont articulés autour de frégates). Après quasiment deux mois d’une activité soutenue en Méditerranée, le BCR s’apprête à passer le relais aux Espagnols. Mer et Marine a fait le point hier avec le capitaine de frégate Grégory Guiran, commandant de la Somme et du SNMCMG2 sur cette mission particulière pour la flotte française.

Jusqu’ici, la France n’avait en effet jamais pris le commandement d’une formation maritime de l’Alliance atlantique. « C’est une double première : la première fois que la France fournit un BCR et la première fois qu’elle prend le commandement d’une force navale de l’OTAN. Cela, après avoir participé de manière plus actives aux SNMG et SNMCMG ces dernières années », explique le CF Guiran, qui a assumé la double casquette de commandant de la Somme et en même temps du SNMCMG2. Ainsi, depuis le début de cette année, en dehors du BCR, plusieurs autres bâtiments de la Marine nationale ont été intégrés à des groupes navals otaniens : la frégate anti-sous-marine Latouche-Tréville, la frégate multi-missions Bretagne et le chasseur de mines Orion. En 2020, pandémie oblige, la participation avait été moindre du fait de l’annulation de nombreux exercices pendant la crise sanitaire. Malgré tout, l’Orion et l

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française