Disp POPIN non abonne!
Construction Navale

Actualité

Le Béon Manufacturing veut rebondir avec les EMR

Construction Navale

La crise du secteur pétrolier ces dernières années a malmené la société lorientaise Le Béon. Toutefois, depuis sa reprise par quatre anciens cadres en octobre 2017, avec l’appui d’un investisseur local et le soutien de la Région Bretagne, la situation s’améliore. La Société Nouvelle Le Béon Manufacturing a repris les embauches, sept au total cette année. Pour continuer sur cette lancée, l’équipe dirigeante souhaite se positionner sur les EMR et notamment les systèmes d’ancrages d’éoliennes flottantes.

De belles références dans le domaine

Pour l’entreprise du sud de la Bretagne, les énergies marines renouvelables ne sont pas inconnues. En effet, elle a réalisé en 2009 des pièces de connexion destinées aux ancrages du parc éolien flottant d’Hywind, au large du port écossais de Peterhead. Cinq éoliennes conçues par Statoil et équipées d’une turbine Siemens de 6 MW y sont en service depuis l’année dernière.

 

Les éoliennes du projet Hywind en Écosse reposent sur des flotteurs cylindriques ancrés dans le fond marin (© Øyvind Gravås / Woldcam / Statoil)

Les éoliennes du projet Hywind en Écosse reposent sur des flotteurs cylindriques ancrés dans le fond marin (© Øyvind Gravås / Woldcam / Statoil)

 

Le Béon a ensuite été choisi pour coordonner le système d’ancrage du projet Floatgen et réaliser les connecteurs. Le flotteur d’Ideol est maintenu en place par trois lignes doublées d’un genre totalement nouveau. En effet, si les connecteurs (ancres et points de fixation sur le flotteur) sont en acier forgé allié, le reste de la ligne est constitué de fibre synthétique, en l’occurrence du nylon. Le Béon a pris la tête d’un consortium pour mener à bien ce projet. Il réunit le spécialiste belge de la fibre synthétique Bexco et l’expert coréen en éléments de chaînes Dai-Han. La fibre de nylon a été privilégiée, car elle présente des qualités anticorrosive et d’élasticité lui permettant d’absorber, entre autres, les mouvements de la houle.

 

 

(© IDEOL)

(© IDEOL)

 

Réaliser à moyen terme 50% du chiffre d’affaires dans les EMR

Pour Le Béon, l’expérience glanée dans les projets innovants en Écosse et en France doit se transformer en réelle dynamique industrielle. L’idée étant de produire en série des systèmes d’ancrage d’éoliennes flottantes. La volonté des repreneurs est de mettre à profit les différents métiers de la société (R&D, forge, traitement thermique, usinage, contrôle et laboratoire métallurgique) pour développer des solutions bon marché, résistantes et d’installation facile destinées à ce marché. Elle table par ailleurs sur 50% de chiffre d’affaires à moyen terme dans les EMR. Pour y parvenir, l'entreprise a d’abord rejoint une nouvelle association de promotion de la filière industrielle locale : Bretagne Ocean Power. Elle a aussi décidé de se structurer en lançant la création d’une start-up dédiée à ce marché et prévoit déjà le recrutement d’ingénieurs et de commerciaux. Le Béon a pour cela planifié un programme d’investissement sur trois ans, avec le soutien de la région Bretagne. 

 

Energies Marines Renouvelables Energie éolienne Dossier Energies Marines 2018