Défense
Le bloc structure du prototype de mât intégré des FDI arrive à Toulon
ABONNÉS

Actualité

Le bloc structure du prototype de mât intégré des FDI arrive à Toulon

Défense

Le bloc structure du prototype de mât intégré développé pour les cinq futures frégates de défense et d’intervention (FDI, ex-FDI) de la Marine nationale est arrivé à Toulon. Réalisé par le site Naval Group de Lorient, il a été posé sur une barge et convoyé par le TSM Dora. Le convoi, parti le 28 avril du Morbihan, a rejoint la rade varoise le 13 mai.

 

 

Débarqué à Saint-Mandrier, le bloc vient d’être transporté dans les hauteurs de la presqu’île, jusqu’à la Shore Integration Facility (SIF) du Site d’Expérimentation des Systèmes de Défense Aérienne (SESDA) de la Direction Générale de l’Armement. C’est là qu’un mât représentatif de l’équipement allant doter les FDI va être assemblé, intégré et testé, en bord de falaise face à la Méditerranée. Le bloc structure va notamment recevoir les quatre antennes du Sea Fire de Thales, premier radar naval à panneaux fixes conçu et réalisé en France. Produit à Limours, en région parisienne, il va rejoindre Saint-Mandrier et être intégré au bloc structure, en vue de commencer à fonctionner en septembre.  

Comme ce fut précédemment le cas pour le porte-avions Charles de Gaulle, puis les frégates Horizon et les FREMM, le recours à la plateforme d’intégration terrestre de la DGA permet de gagner un temps considérable dans la mise au point des principaux systèmes électroniques aériens des bâtiments de nouvelle génération. Les équipements y sont assemblés, testés puis qualifiés avant d’être installés sur les navires.

 

Le site du SESDA avec ici le mât partiel et le radar Herakles des FREMM (©  DGA)

Le site du SESDA avec ici le mât partiel et le radar Herakles des FREMM (©  DGA)

Le site du SESDA avec ici le mât partiel et le radar Herakles des FREMM (©  DGA)

Le site du SESDA avec ici le mât partiel et le radar Herakles des FREMM (©  DGA)

Le site du SESDA avec ici un mât partiel et le radar Herakles des FREMM, et une FREMM au large (©  DGA)

Le site du SESDA avec ici un mât partiel et le radar Herakles des FREMM, et une FREMM au large (©  DGA)

 

Alors que la construction de la première FDI doit débuter cet automne sur le site Naval Group de Lorient, son radar doit être livré dès 2020 par Thales. Il sera intégré dans un PSIM (Panoramic Sensors and Intelligence Module). Conçu par Naval Group, ce mât intégré, réalisé indépendamment de la frégate, regroupe en une même structure la mâture avec l’essentiel des senseurs et moyens de communication, le Central Operation ainsi que les locaux techniques associés. Cela permet notamment d’offrir une « vue » dégagée à 360 degrés pour le radar principal et les systèmes de guerre électronique. 

 

Vue des futures FDI (©  NAVAL GROUP)

Vue des futures FDI (©  NAVAL GROUP)

 

Le PSIM des futures FDI (©  NAVAL GROUP)

Le PSIM des futures FDI (©  NAVAL GROUP)

 

Le principal senseur du PSIM sera donc le Sea Fire, radar entièrement numérique à antennes actives conçu pour la défense étendue du navire contre des menaces aériennes et de surface, conventionnelles, asymétriques ou émergeantes, y compris les missiles antinavire supersoniques et les missiles balistiques. Capable de traiter et d’identifier simultanément jusqu’à 1000 pistes, le nouveau radar de Thales offre une couverture hémisphérique 3D (360°x90°) permanente pour une bulle de surveillance de plus de 300 km dans les airs et 80 km en surface. Au-delà de la surveillance, le Sea Fire sert à la poursuite des cibles, la désignation d’objectifs et la conduite de tir des missiles antiaériens. Les panneaux du radar mesurent 2x2.5 mètres pour un poids de 2 tonnes.

 

L'une des quatre antennes du Sea Fire (© THALES)

L'une des quatre antennes du Sea Fire (© THALES)

 

Les études de conception du Sea Fire ont débuté fin 2014 suite à un contrat notifié par la DGA. Celle-ci a pour le moment commandé cinq équipements de ce type, soit un par FDI, ces frégates devant être livrées entre 2023 et 2029. Thales mise évidemment sur le marché export pour vendre son nouveau radar, qu’il propose également à la France dans le cadre de la refonte à mi-vie des frégates de défense aérienne Forbin et Chevalier Paul du type Horizon.

- Voir notre article détaillé sur les FDI et leur mât intégré

 

Marine nationale Naval Group (ex-DCNS) Thales