Marine Marchande
Le Bore Sea débute son service pour le compte d'Airbus

Actualité

Le Bore Sea débute son service pour le compte d'Airbus

Marine Marchande

La flotte exploitée pour le transport de pièces d'avions entre les usines d'Airbus compte un petit nouveau. En provenance de Bremerhaven, le Bore Sea a rejoint le port de Nantes Saint-Nazaire le 4 avril. Il a appareillé du terminal roulier de Montoir-de-Bretagne le lendemain et est arrivé hier matin à Cadix, en Espagne, avant de repartir dans l'après-midi, cette fois en direction de Naples. Appartenant à l'armement finlandais Bore, ce navire est affrété pour une période de trois ans par Fret Cetam, société commune de Louis Dreyfus Armateurs et Leif Höegh, en charge de la logistique maritime d'Airbus. Sorti des chantiers allemands de Flensburg en avril 2011, le Bore Sea, armé sous pavillon finlandais, mesure 195 mètres de long pour 26 mètres de large. Capable d'atteindre la vitesse de 20 noeuds, il présente un linéaire de garage de 2900 mètres et peut également transporter 120 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur), dont 50 réfrigérés. Le navire doit notamment être exploité sur les liaisons entre Saint-Nazaire et les ports méditerranéens proches des usines d'Airbus et de ses fournisseurs, afin d'acheminer des pièces pour l'assemblage des gros porteurs civils A380 et des avions de transport militaire A400 M.

Débarquement d'un cockpit d'A380 à Pauillac (© : MER ET MARINE)
Débarquement d'un cockpit d'A380 à Pauillac (© : MER ET MARINE)

Quatre navires et des besoins croissants

Le Bore Sea vient compléter l'actuelle flotte naviguant aux couleurs d'Airbus et gérée par Fret Cetam. Celle-ci a été inaugurée en 2005 avec le Ville de Bordeaux, dont les capacités ont été renforcées en 2009 avec la mise en service des City of Hamburg et Ciudad de Cadiz. Depuis, l'importance du transport maritime n'a cessé de croître chez Airbus, qui dispose ainsi d'un moyen fiable et souple afin d'acheminer les éléments d'avions réalisés dans les différents sites européens du groupe. Faisant d'abord la navette entre le port allemand de Hambourg, Mostyn au Pays-de-Galles, Saint-Nazaire et Pauillac (où les pièces sont ensuite transférées sur barges puis convois routiers pour gagner le site d'assemblage de Toulouse), les navires ont ensuite commencé à desservir Cadix, puis Naples où ils viennent chercher les pièces d'A400 M produites par Alenia. L'ouverture en 2011 d'une nouvelle usine Airbus en Tunisie n'a fait qu'augmenter l'intérêt de la logistique maritime, qui pourrait voir son importance croître encore dans la chaîne d'assemblage de différents avions, dont le nouvel A350 et même l'A320, dont la version Neo remporte un très grand succès commercial. Avec la montée en puissance de l'A380, les cadences de production de l'avionneur européen imposent un renforcement des capacités de transport entre sites. Cela au moment où l'A300-600ST Beluga, avion cargo servant depuis 1995 à transporter des tronçons d'appareils, arrive en fin de vie et qu'Airbus ne lui a pas prévu de remplaçant.

Le City of Hamburg et le Ville de Bordeaux (© : PHILIPPE ROY)
Le City of Hamburg et le Ville de Bordeaux (© : PHILIPPE ROY)

Le Bore Sea à Saint-Nazaire (© : GPMNSN - ANDRE BOCQUEL)
Le Bore Sea à Saint-Nazaire (© : GPMNSN - ANDRE BOCQUEL)

Airbus | Actualité maritime de l'avionneur européen Louis Dreyfus Armateurs