Défense
Le BPC Mistral arrive en Tunisie

Actualité

Le BPC Mistral arrive en Tunisie

Défense

Le bâtiment de projection et de commandement Mistral est attendu aujourd'hui en Tunisie, où il doit procéder à l'évacuation de réfugiés ayant fui les combats en Libye. Parti de Brest lundi dernier, en compagnie de la frégate Georges Leygues, le BPC est arrivé samedi matin à Toulon. Dans le port varois, il a embarqué du fret humanitaire, ainsi que quatre hélicoptères Puma et Gazelle de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (Ce crochet par Toulon et la récupération du détachement de l'ALAT étaient prévus avant la décision d'envoyer le Mistral en Tunisie). A Toulon, les opérations ont été rondement menées. Arrivé à 8 heures du matin, le Mistral repartait dès 14H30 samedi. Aujourd'hui, le BPC et le Georges Leygues, qui forment le groupe Jeanne d'Arc, arrivent en Tunisie. A priori, le Mistral doit accoster dans le port de Zarzis, situé à moins de 100 kilomètres de la frontière avec la Libye. L'Etat-major des Armées prévoit que le Mistral pourra embarquer près de 1000 ressortissants égyptiens, qui seraient débarqués à Alexandrie après trois ou quatre jours de transit.

Le Mistral quittant Toulon, samedi   (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le Mistral quittant Toulon, samedi (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

A bord, les vastes espaces du BPC, notamment son hangar hélicoptères et ses garages, permettent d'abriter de nombreuses personnes et d'installer des centaines de lits picots, ainsi que toute la logistique nécessaire à l'accueil des réfugiés. Situé près du hangar, l'hôpital embarqué permettra de traiter d'éventuels blessés, l'équipe médicale devant également assurer un soutien psychologique auprès des réfugiés. La cuisine du bord tournera, quant à elle, à plein régime, afin de restaurer les passagers. Dans cette configuration, le retour d'expérience du déploiement du Mistral au Liban, en 2006 (où il avait évacué des milliers de réfugiés), sera très utile. A cette occasion, le BPC, qui venait tout juste d'être livré par DCNS, avait démontré d'impressionnantes capacités en matière d'opérations humanitaires. Le fret embarqué à Toulon sera, quant à lui, remis aux ONG oeuvrant sur place.

Lits picots sur le Mistral au Liban, en 2006   (© : MARINE NATIONALE)
Lits picots sur le Mistral au Liban, en 2006 (© : MARINE NATIONALE)

Embarquement de matériel à Toulon   (© : LE TELEGRAMME - S. JEZEQUEL)
Embarquement de matériel à Toulon (© : LE TELEGRAMME - S. JEZEQUEL)

Pour le moment, l'EMA estime qu'une seule rotation sera nécessaire pour évacuer les réfugiés, le reste de l'opération étant assurée par les avions mis à disposition par la France dans le cadre d'un pont aérien humanitaire. Si tel est le cas, le Mistral devrait, selon les informations recueillies à bord par un de nos confrères du Télégramme, franchir le canal de Suez en milieu de semaine prochaine et reprendre le cours de la mission Jeanne d'Arc, qui doit le conduire en mer Rouge et en océan Indien, jusqu'à Singapour. Embarquant, en plus des équipages du BPC et de la frégate Georges Leygues, 135 officiers élèves, ainsi qu'un groupe tactique embarqué comprenant plus de 200 hommes de l'armée de Terre (avec véhicules blindés, chars, mortiers et hélicoptères), le groupe Jeanne d'Arc doit être de retour en France mi-juillet.
On notera que le Georges Leygues n'accompagne pas le Mistral en Tunisie. La frégate, qui nécessite une intervention technique sur son appareil propulsif, est en cours de réparation à Toulon. Elle est remplacée, auprès du BPC, par le Tourville ( Voir notre article sur le sujet).

Le Mistral quittant Toulon, samedi   (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le Mistral quittant Toulon, samedi (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française